Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Échanges de tirs entre l'armée pakistanaise et les forces de l'Otan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/05/2011

L'armée pakistanaise a ouvert le feu sur deux hélicoptères de la force de l'Otan en Afghanistan qui faisaient une incursion en territoire pakistanais. Deux soldats pakistanais ont été blessés durant les échanges de tirs.

AFP - Deux soldats ont été blessés mardi dans le nord-ouest du Pakistan dans des échanges de tirs avec des hélicoptères de l'Otan venus d'Afghanistan, selon l'armée pakistanaise qui a "vigoureusement protesté" contre ce qu'elle qualifie de "violation" de son espace aérien.

A Kaboul, un officier occidental a assuré, sous couvert de l'anonymat, que les hélicoptères, qui opéraient en Afghanistan, avaient riposté après avoir été la cible de tirs en provenance du Pakistan.

Les militaires à Islamabad dénoncent fréquemment des incursions des forces internationales dans les zones tribales frontalières, bastion des talibans pakistanais, principal sanctuaire dans le monde d'Al-Qaïda et base arrière des talibans afghans.

L'incident s'est produit à l'aube dans le district tribal frontalier du Waziristan du Nord.

"Deux hélicoptères ont violé l'espace aérien pakistanais (...) et nos troupes à un poste militaires ont ouvert le feu sur eux. Dans un échange de tirs, deux de nos soldats ont été blessés", assure l'armée pakistanaise dans un communiqué.

"L'armée pakistanaise a vigoureusement protesté" auprès de la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf), conclut le texte.

Un peu plus tôt, sans faire mention de tirs pakistanais, des responsables militaires avaient assuré, sous couvert de l'anonymat, que "deux hélicoptères de l'Otan avaient violé l'espace aérien et bombardé un poste de l'armée, blessant deux soldats dans la zone de Wacha Bibi".

A Kaboul, la force internationale de l'Otan (Isaf) "a entendu parler d'un incident possible" à cet endroit de la frontière. "Nous faisons des recherches", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel John L. Dorrian, du département des relations publiques de la force, composée par des soldats américains pour plus des deux tiers.

De son côté, un responsable militaire occidental à Kaboul a assuré que les deux appareils de l'Otan qui opéraient du côté afghan avaient riposté à des tirs en provenance du Pakistan.

"Deux hélicoptères volaient dans la zone en couverture d'une base avancée" des forces internationales "qui était prise sous le feu de tirs provenant du côté pakistanais", a-t-il expliqué à l'AFP, sous couvert de l'anonymat.

"L'un des appareils a essuyé aussi des tirs en provenance de l'autre côté de la frontière, mais n'a pas riposté dans l'immédiat. Il l'a fait quand il a été de nouveau la cible de tirs", a ajouté cette source.

Ce nouvel incident intervient alors que les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan, leur allié-clé dans leur "guerre contre le terrorisme", se sont détériorées après qu'un commando des forces spéciales américaines, héliporté depuis l'Afghanistan, eut éliminé Oussama Ben Laden dans une villa d'Abbottabad, ville-garnison à deux heures de route au nord d'Islamabad.

Le Waziristan du Nord est le bastion des talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda et la principale base arrière des talibans du réseau Haqqani, la bête noire des troupes américaines et du gouvernement afghan.

Les militaires pakistanais accusent assez souvent l'Otan de violer son espace, ou de bombarder à partir de l'Afghanistan, notamment quand ses troupes poursuivent des talibans qui les ont attaquées. Il est arrivé par le passé que ces tirs, intentionnellement ou non, atteignent des positions de l'armée pakistanaise.

 

Première publication : 17/05/2011

  • DIPLOMATIE

    Le Pakistan et les États-Unis affichent leur volonté de rétablir la confiance

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Les parlementaires pakistanais condamnent l'opération contre Ben Laden

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Au moins 80 morts dans un attentat pour venger la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)