Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

EUROPE

La reine Elisabeth II en visite historique et sous haute surveillance à Dublin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/05/2011

La reine d'Angleterre a débuté, mardi à Dublin, sa visite, la première d'un monarque britannique en Irlande depuis George V, en 1911. Sa visite est placée sous haute surveillance, une bombe ayant été désamorcée lundi dans la capitale irlandaise.

AFP - Elizabeth II a entamé mardi une visite historique en Irlande placée sous le signe de la réconciliation, la première d'un souverain britannique depuis l'indépendance de 1922, mais ternie par des alertes à la bombe imputées à des dissidents républicains nord-irlandais.

Vêtue de vert, couleur de l'Irlande, la souveraine, âgée de 85 ans, accompagnée de son époux le prince Philip, 89 ans, a entamé à la mi-journée une visite de quatre jours sans aucune altération du programme malgré les alertes à la bombe.

"Quelques incidents mineurs lors de cette journée"

Quelques heures avant son arrivée, un engin explosif avait été neutralisé vers 02h00 (01h00 GMT) dans un car à Maynooth, dans la grande banlieue de Dublin. L'engin était, selon les autorités, "de fabrication artisanale mais en état de fonctionnement". Au moins huit autres alertes à la bombe ont été déclenchées dans la matinée, mais elles se sont révélées fausses.

Lundi, une vaste opération de sécurité avait eu lieu dans le centre de Londres cette fois, après un appel codé prévenant d'un engin explosif et imputé aux dissidents républicains.

La visite de la reine est accueillie favorablement par 81% des Irlandais, selon un récent sondage.

Mais des dissidents catholiques républicains, qui continuent à lutter par les armes contre l'autorité britannique sur l'Ulster, ont averti que la reine n'était "pas la bienvenue", l'accusant d'être coupable de "crimes de guerre".

Une centaine de personnes ont manifesté leur opposition mardi midi à Dublin. Les protestataires, certains portant des banderoles du parti nationaliste Sinn Féin, ont brûlé un drapeau britannique.

21 personnes ont été arrêtées, principalement à la suite de cette manifestation, selon la police irlandaise.

Saluée comme un événement qui fera date, la visite d'Elizabeth II doit confirmer la normalisation des relations entre les deux anciens ennemis, en tirant un trait sur des siècles de conflit et une décolonisation très douloureuse.

Elle a été rendue possible par la signature de la paix en 1998 en Irlande du Nord, province britannique où trente ans de "Troubles" ont fait 3.500 morts environ.

La crainte d'un attentat a imposé un dispositif de sécurité d'ampleur inédite sur l'île, où huit mille policiers et deux mille militaires ont été mobilisés.

"On ne fait pas marche arrière... Ce genre de choses arrive quand des personnalités mondiales visitent n'importe quel pays", a déclaré à propos des alertes à la bombe le Premier ministre irlandais, Enda Kenny, à la radio-télévision nationale RTE.

"La visite de la reine marque un tournant historique à partir duquel nous pouvons construire une relation étroite entre deux pays souverains", a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères Eamon Gilmore lors d'une conférence de presse avec son homologue britannique.

Le déplacement "va marquer le début de quelque chose d'important", a estimé sur RTE le Premier ministre britannique, David Cameron, attendu mercredi à Dublin.

Dans un geste fort de réconciliation, la souveraine a déposé mardi après-midi une gerbe au "Garden of Remembrance" (Jardin du souvenir), érigé en l'honneur des victimes de la guerre d'indépendance, avant de visiter la plus vieille université d'Irlande, Trinity College.

Mercredi elle se rendra au stade Croke Park, à Dublin, où la police britannique avait tué 14 personnes en 1920. Mais, dans un souci d'équilibre, Elizabeth II déposera également mercredi après-midi une gerbe au mémorial de la première guerre mondiale, à la mémoire des Irlandais morts sous l'uniforme britannique.

Première publication : 17/05/2011

  • IRLANDE DU NORD

    Un policier catholique tué par une bombe dans la ville d'Omagh

    En savoir plus

  • IRLANDE DU NORD

    Une voiture piégée explose devant un centre commercial de Londonderry

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres réhausse le risque d'attaque terroriste liée à l'Irlande du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)