Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

FRANCE

La plaignante dément toute relation sexuelle consentie

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/05/2011

L'avocat de la plaignante dans l'affaire d'agression sexuelle visant DSK a indiqué que la femme de chambre du Sofitel niera tout rapport consenti. Elle doit témoigner mercredi devant le "grand jury" composé de jurés populaires.

AFP - La femme de chambre qui dit avoir été agressée sexuellement par Dominique Strauss-Kahn doit témoigner mercredi devant la chambre d'accusation (grand jury) et niera catégoriquement avoir eu avec lui une relation sexuelle consentie, a déclaré son avocat Jeff Shapiro.

A la question de savoir si la victime présumée allait témoigner mercredi devant la chambre d'accusation chargée de décider de l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn, l'avocat a répondu sur la chaîne de télévision américaine NBC: "A ma connaissance c'est aujourd'hui, oui".

"Quand les jurés vont entendre son témoignage et la voir, quand elle pourra enfin raconter son histoire publiquement", ils vont se rendre compte que "leurs allégations faisant état d'une relation sexuelle consentie ou de rendez-vous sont fausses", a dit l'avocat.

"Il n'y a rien de consenti dans ce qui s'est passé dans cette chambre d'hôtel", a insisté l'avocat.

Lundi, devant la cour, l'avocat de M. Strauss-Kahn, Me Benjamin Brafman, a déclaré de façon ambiguë: "les preuves médico-légales, selon nous, ne coïncident pas avec un rapport forcé", sans qu'on sache si cette déclaration correspondait à une nouvelle ligne de défense après avoir nié tous les faits.

Des médias américains, s'appuyant sur une source "proche de la défense", ont par la suite fait état d'une ligne de défense qui consisterait à affirmer que "le rapport peut avoir été consenti".

Les procureurs ont pour leur part indiqué lundi qu'ils avaient des preuves montrant qu'il y avait eu une tentative de viol, s'appuyant notamment sur l'examen médical pratiquée sur la plaignante après les faits présumés.

Une chambre d'accusation ("grand jury") de 16 à 23 jurés populaires doit se réunir en secret et en l'absence d'un juge, pour entendre les éléments de preuve de l'accusation et décider d'une inculpation formelle ou non. La décision de ce grand jury est attendue vendredi.

L'identité de la femme de chambre âgée de 32 ans n'a pas été révélée et elle n'a pas pris la parole depuis que l'affaire a éclaté samedi, mais son avocat a déclaré sur NBC qu'elle était prête à pleinement coopérer à l'enquête et à la préparation du procès qui pourrait suivre.

"Elle est prête à faire tout ce qu'on lui demandera de faire et à coopérer avec la police ou le ministère public", a dit Me Shapiro. "Elle n'a rien derrière la tête. Elle fait ça parce qu'elle pense qu'il faut le faire et elle va le faire", a-t-il ajouté.

La plaignante est d'origine guinéenne. C'est une mère célibataire de 32 ans qui élève une fille de 15 ans, a précisé l'avocat.

Première publication : 18/05/2011

  • FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL

    Les discussions ont commencé en vue de la succession de DSK

    En savoir plus

  • AFFAIRE DSK - ANALYSE

    "L’incrédulité est une réponse à un sentiment d’angoisse"

    En savoir plus

  • Affaire DSK : La fin de l'omerta à la française ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)