Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sur les traces de l’imam Gülen, ennemi juré d’Erdogan exilé aux États-Unis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avengers Station : les super-héros débarquent à Paris!

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Visas : l'Europe cède aux exigences de la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sauve qui Trump !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

L’intelligence économique, un secteur en pleine évolution

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaires aux États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaires aux États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Sanofi : les 16 millions € du patron font gonfler la polémique

En savoir plus

Afrique

Les autorités libèrent quatre journalistes étrangers détenus depuis 44 jours

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/05/2011

Quatre journalistes étrangers -deux Américains, un Espagnol et un Britannique- ont été libérés par Tripoli après 44 jours de détention. Ils avaient été arrêtés pour "entrée illégale dans le pays", alors qu'ils couvraient le conflit.

AFP - Quatre journalistes détenus en Libye, deux Américains, un Espagnol et un Britannique, ont été libérés et sont arrivés mercredi soir à l'hôtel Rixos à Tripoli, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les journalistes semblaient fatigués mais en bonne santé.

Le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, avait déclaré mardi soir à l'AFP que deux Américains, un Espagnol et un Sud-Africain allaient être libérés "très bientôt".

Mais à la place du Sud-Africain, c'est un Britannique, Nigel Chandler, qui est arrivé mercredi soir à l'hôtel.

"Il y a eu une confusion" quant à l'identité des journalistes, a indiqué mercredi à la presse Moussa Ibrahim, ajoutant que le Sud-Africain n'avait "pas été localisé".

Le journaliste de l'AFP a vu l'ambassadeur d'Afrique du Sud à l'hôtel, où il attendait visiblement l'arrivée de son compatriote.

"Les quatre journalistes ont été jugés devant un tribunal administratif et ont été condamnés à un an de prison avec sursis et à une amende de 200 dinars (154 dollars) chacun, pour entrée illégale dans le pays", avait déclaré mardi M. Ibrahim.

Deux Américains, James Forley de l'agence de presse GlobalPost et Clare Morgana Gillis, freelance, ainsi que deux photographes, l'Espagnol, Manu Brabo et le Sud-africain, Anton Hammerl, avaient disparu le 4 avril alors qu'ils couvraient le conflit en Libye. Le gouvernement avait indiqué par la suite qu'ils étaient détenus.


 

Première publication : 18/05/2011

  • LIBYE

    Les insurgés veulent représenter leur pays à la prochaine réunion de l'Opep

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi lâché par son ministre du Pétrole

    En savoir plus

  • LIBYE

    Des bâtiments officiels en feu après des frappes de l'Otan sur Tripoli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)