Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Afrique

À Abidjan, le quartier du Plateau tente de panser ses plaies

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 20/05/2011

À quelques jours de la cérémonie d'investiture du président ivoirien Alassane Ouattara, Abidjan, la capitale économique, essaie de tourner la page d'un conflit dont elle fut l'épicentre. Reportage dans le quartier d'affaires du Plateau.

Carte d'Abidjan (source : RFI)

Théâtre des violents combats qui ont opposé au début du mois d'avril les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), acquises à Alassane Ouattara, aux derniers fidèles de Laurent Gbagbo, le quartier d'affaires du Plateau connaît un regain d'activités. Les boutiques et les banques ont rouvert leurs portes, les hommes d'affaires cravatés y pressent de nouveau le pas et les taxis impatients peuvent y venir jouer du klaxon.

Plus d'un mois après la capture du président sortant, retranché dans sa résidence de Cocody, le quartier s'est débarrassé des cadavres qui jonchaient les bords de routes, les tractopelles sont à pied d'œuvre et les grues sont venues concurrencer les quelques gratte-ciel qui, à la nuit tombée, peuvent enfin redessiner la "sky-line" (panorama urbain) tant enviée des autres métropoles ouest-africaines.

Mais cette ancienne vitrine des prospères années Houphouët-Boigny (1960-1993) a perdu de son lustre d'antan. Les stigmates du conflit qui aurait pu glisser vers une guerre civile encore plus cruelle demeurent visibles. Visite guidée en images d'un quartier dont la population attend symboliquement l'investiture d'Alassane Ouattara, le 21 mai, pour "tourner la page".

 

Première publication : 19/05/2011

COMMENTAIRE(S)