Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a éxécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Le procès Galleon, une victoire sur la "culture de rapacité" des milieux financiers

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/05/2011

Pour les autorités américaines, c’est le plus “important procès pour délit d’initié de sa génération”. Raj Rajaratnam, fondateur du hedge fund Galleon, a été reconnu coupable d’avoir illégalement gagné 65 millions de dollars.

C’est l’une des plus grandes victoires du gouvernement américain contre la criminalité en col blanc. Le verdict rendu mercredi 10 mai contre l’ex-patron de hedge fund Raj Rajaratnam, a démontré ce que le procureur a appelé "la culture de l’avidité des milieux financiers qui a joué un rôle dans la crise économique" de 2008.

Le milliardaire Raj Rajaratnam a été reconnu coupable des 14 chefs d’accusation de délit d’initiés retenus contre lui. Entre 2003 et 2009, en tant que patron du hedge fund Galleon il a gagné près de 65 millions de dollars grâce à des informations confidentielles lui ayant permis d’anticiper les fluctuations du marché. Sa sentence sera connue le 29 juillet.

Le procès a également permis d’illustrer à quel point le délit d’initié est un sport auquel peuvent s’adonner des personnalités très en vue de la finance. Plus d’une dizaine de personnes – dont des responsables de groupes aussi célèbres que Goldman Sachs ou IBM – ont reconnu avoir collaboré aux manœuvres malhonnêtes de Raj Rajaratnam. Le FBI a utilisé les grands moyens - dont plus de 200 heures d'écoutes téléphoniques - pour confondre tout ce beau monde.

La rapacité de l’ex-chef de Galleon n’a épargné personne, des petites entreprises aux multinationales telles que Procter & Gamble ou Google. Pour le procureur américain, il s’agit tout simplement de “la plus grosse affaire de délit d’initié de sa génération” et il espère qu’elle servira de référence dans la trentaine d’autres affaires de délit d’initiés en cours aux États-Unis.

Première publication : 19/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Raj Rajaratnam, le roi du délit d'initié sur le banc des accusés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)