Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baltimore : 6 policiers poursuivis pour homicide involontaire, les habitants exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : à la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La France, 3ème exportateur d'armes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les clandestins, plus rentables que la drogue"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"François Hollande, "chouchou" du Golfe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

Afrique

Dans les "no man's lands" du campus universitaire de Cocody

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 20/05/2011

Le vaste campus universitaire de la commune chic de Cocody, dans l'est d'Abidjan, n'a pas accueilli un seul étudiant depuis plus d'un mois. Reportage en images au cœur de ce symbole d'une Côte d'Ivoire en panne sèche depuis la crise post-électorale.

Les étudiants qui se baladaient nombreux entre les larges allées du campus universitaire de Cocody ont "disparu du décor". Seuls les lézards, les oiseaux de mauvaise augure et quelques hommes en arme, chargés d'en assurer la surveillance, y ont désormais droit de cité. Dortoirs silencieux, voitures désossées, vêtements laissés à l'abandon, poubelles collectives qui débordent... Le site ressemble à une ville fantôme.

Carte d'Abidjan (source : RFI)

Difficile d'imaginer qu'il y a quelques semaines encore, les 65 000 étudiants de cette université réputée dans toute l'Afrique de l'Ouest préparaient les examens prévus, comme chaque année, en mai et juin  Ou que les membres de la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), proche de Laurent Gbagbo, y avaient érigé, au lendemain de la présidentielle contestée du 28 novembre 2010, des semblants de barrages destinés à contrôler les nombreuses allées et venues des étudiants et des automobilistes traversant le site pour rejoindre la Riviera, voisine.

Le 13 avril, à l'issue du premier conseil du gouvernement Ouattara, ordre à été donné de fermer l'ensemble des campus et résidences universitaires de la ville pour "réhabilitation et assainissement". Pour l'heure, les travaux n'ont toujours pas débuté et la date de reprise des cours n'a pas encore été fixée. "Nous attendons l'investiture d'Alassane Ouattara pour nous mettre au travail avec les autorités", confie aujourd'hui un responsable de la Fesci. Visite en images.

 

Première publication : 20/05/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    À la veille de l'investiture de Ouattara, Yopougon veut croire à la réconciliation

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    À Abidjan, le quartier du Plateau tente de panser ses plaies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)