Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

SPORT

Lance Armstrong de nouveau accusé de dopage par un ancien coéquipier

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/05/2011

Lance Armstrong se serait injecté de l'EPO lors du Tour de France 1999, selon son ancien coéquipier de l'US Postal, Tyler Hamilton. Ce dernier s'est confié à la chaîne américaine CBS dans le cadre d'un documentaire qui sera diffusé dimanche.

AFP - L'ancien coureur Tyler Hamilton a indiqué à la chaîne américaine CBS qu'il a vu son coéquipier Lance Armstrong s'injecter de l'EPO lors du Tour de France en 1999, l'année de la première des sept victoires consécutives du Texan dans la plus grande course cycliste du monde.

"J'ai vu (de l'EPO) dans son réfrigérateur. J'ai vu (Armstrong) se l'injecter, plus d'une fois", déclare Hamilton dans l'émission d'enquête "60 minutes", qui sera diffusée dimanche mais dont un extrait est passé jeudi soir.

"(S'injecter de l'EPO) Nous l'avons tous fait. Je l'ai fait, à de nombreuses reprises", ajoute le coéquipier d'Armstrong chez US Postal de 1998 à 2001.

"(Armstrong) a pris ce que nous prenions tous... la majorité du peloton. Il y avait de l'EPO... testostérone... transfusion sanguine."

Hamilton explique aussi qu'Armstrong a pris de l'EPO pour se préparer aux Tours de France 2000 et 2001 et qu'il avait été contrôlé positif en 2001 pendant le Tour de Suisse, une épreuve disputée avant la Grande Boucle.

"20 ans plus de carrière. 500 contrôles antidopage dans le monde entier, hors et en compétition. Jamais contrôlé positif. Les faits parlent d'eux-mêmes", a vite réagi Armstrong, désormais retraité, via Twitter.

Dans un communiqué sur le site www.facts4lance.com, son avocat Mark Fabiani indique: "L'attrait pour l'argent et la soif de publicité (de Hamilton) n'y peuvent rien: Lance Armstrong est le sportif le plus contrôlé de l'histoire."

Un an après Landis

Ces accusations interviennent un an après celles de Floyd Landis, vainqueur déchu pour dopage du Tour 2006 et équipier d'Armstrong à l'US Postal de 2002 à 2004. Sur cette base, une enquête fédérale avait été lancée aux Etats-Unis à l'été 2010 touchant à la possible utilisation de fonds publics à des fins illicites (par exemple trafic ou utilisation de produits dopants) et menée par le procureur Jeff Novitzky, l'homme de l'affaire Balco en 2003.

Armstrong a en effet gagné le Tour de France à six reprises avec une équipe parrainée par US Postal, entreprise financée par le gouvernement américain.

Le survivant du cancer (1996) a aussi gagné en 2005 avec Discovery Channel, avant de prendre sa retraite jusqu'en janvier 2009, date à laquelle il a repris la compétition pendant deux ans mais sans succès sportif.

"Soulagement"

Hamilton fait partie des témoins qui ont déposé devant le grand jury réuni à Los Angeles par les enquêteurs fédéraux.

"Pendant six heures, j'ai dit toute la vérité et rien que la vérité, explique Hamilton dans une lettre adressée à sa famille et ses amis et publiée jeudi par le site spécialisé cyclingnews.com. J'ai senti une forme de soulagement que je n'avais pas sentie avant. Tous les secrets, le poids que je portais depuis des années, se sont envolés soudainement. J'ai compris que c'était ce chemin (de la confession) que je devais prendre."

"Il est grand temps que cette enquête absurde s'arrête et que les énormes sommes d'argent (public) dépensées soit allouées à des enquêtes qui visent véritablement à défendre les Américains contre des méfaits", réclame Mark Fabiani sur facts4lance.com, un site lancé jeudi par le clan Armstrong.

Hamilton, 40 ans, avait toujours réfuté s'être dopé. Il a mis un terme à sa carrière après avoir été suspendu huit ans en 2009 en raison d'une seconde infraction aux règles antidopage. En 2004, il avait été le premier sportif convaincu de dopage par transfusion sanguine et en 2009, il avait contrôlé positif à un stéroïde anabolisant (DHEA), une substance contenue dans un médicament qu'il prenait pour soigner une dépression chronique.

En 2004, l'Américain n'avait dû de garder sa médaille d'or olympique du contre-la-montre des Jeux d'Athènes que grâce à un problème de conservation de son échantillon B après un contrôle, malgré de très forts soupçons.

Première publication : 20/05/2011

  • CYCLISME

    Lance Armstrong met fin à sa carrière internationale

    En savoir plus

  • CYCLISME

    De nouvelles révélations de dopage accablent Lance Armstrong

    En savoir plus

  • CYCLISME

    La popularité de Lance Armstrong serait-elle en train de dérailler aux États-Unis ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)