Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Economie

LinkedIn entre en Bourse avec gains et fracas

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/05/2011

Le réseau social LinkedIn a connu une première journée de cotation particulièrement mouvementée. L’action a progressé de 109 %. Une euphorie qui suscite des craintes : s'agit-il du prélude d'une nouvelle bulle Internet ?

Dans le champagne, il y a beaucoup de bulles. Les dirigeants du réseau social destinés aux professionnels LinkedIn ont dû en boire beaucoup, hier, en observant la progression spectaculaire de l’action du groupe lors de sa première journée de cotation. Mais se sont-ils demandé si le breuvage n’avait pas un arrière goût trop prononcé de bulle Internet ?

À première vue, LinkedIn a en effet de quoi se réjouir. La société californienne s’est remplie les poches lors de son introduction en Bourse. Elle a réussi, ce jeudi, à lever 352 millions de dollars en vendant près de 8 millions actions à 45 dollars l’unité. Le groupe avait relevé le prix d’achat la veille de son arrivée sur le marché, le faisant passer de 32 à 45 dollars.

Dès que les cotations à Wall Street ont débuté, les transactions se sont emballées. L’action de LinkedIn a bondi, en une seule journée de 109%. La Bourse a clôturé avec une action LinkedIn à 98 dollars, après avoir dépassé, un temps, la barre symbolique des 100 dollars. Au terme de cette folle journée, LinkedIn a une valeur boursière de 8,9 milliards de dollars - soit plus de 570 fois son chiffre d’affaires de 2010.

Un modèle économique différent de celui de Facebook

Tout le monde semblait ce jeudi vouloir acquérir une part de cette introduction en Bourse, la plus importante pour une société américaine du web depuis Google, en 2004. LinkedIn, né en 2003, compte environ 100 millions d'utilisateurs. Ce réseau social qui a la particularité de s'adresser en priorité aux professionnels tire près de la moitié de ses revenus du placement d'offres d'emploi.

Une particularité par rapport au géant Facebook dont l'intégralité - ou presque - de l'argent provient de la publicité. Le modèle économique de LinkedIn serait donc séduisant pour les investisseurs qui parient sur la reprise économique, et sur son cortège de petites annonces : de plus en plus de monde va chercher à recruter sur le site.

La performance boursière de LinkedIn a été qualifiée par les analystes de "surprenante" par le New York Times ou de "Tulipomanie" dans le Wall Street Journal (en référence à l’explosion du prix des tulipes au Pays-Bas au XVIIe siècle qui a été suivi par un effondrement spectaculaire de la valeur de ces fleurs). Le quotidien économique américain rappelle que LinkedIn n’a fait que 15 millions de dollars de profits l’année dernière.

Inflation dangereuse ?

Cette réussite boursière pourrait en effet avoir un goût amer pour LinkedIn et tous les acteurs du secteur de l’Internet. Les dirigeants du réseau social peuvent se demander s’ils n’ont pas été dupés par les banques – comme Bank of America et Morgan Stanley - qui leur ont conseillé de fixer le prix de leur action à 45 dollars et se sont chargés de les revendre à ce tarif. Car ces institutions ont ensuite poussé leur client à revendre ces mêmes actions à des prix bien plus élevés. "C’est un peu comme si un agent immobilier trouvait un acheteur pour votre maison à 1 million de dollars, et le lendemain permettait au nouveau propriétaire de la revendre à 2 millions de dollars", remarque, vendredi, Sillicon Valley Insider, un site spécialisé dans les nouvelles technologies.

L’autre crainte concerne tout le secteur de l’Internet. "Le spectre d’une nouvelle bulle est plus présent que jamais", note The Economist dans un billet de blog. L’évolution de LinkedIn sur le second marché – où s’échangent des parts d’entreprises avant leur entrée en bourse – illustre bien cette inflation des prix : il y a encore un an, il était possible de se procurer une participation dans le réseau social professionnel pour moins de 20 dollars. Au vu du succès de cette première introduction en Bourse, la valeur d’entreprises similaires sur le second marché risque d’exploser. Pourtant, ces sociétés ne publient généralement aucune information sur leur situation financière avant leur entrée en Bourse.

Première publication : 20/05/2011

  • TECHNOLOGIES

    Une nouvelle bulle Internet est-elle à craindre ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les boursicoteurs jouent déjà avec la valeur supposée de Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    DST, l'entreprise russe grâce à laquelle Facebook vaut des milliards

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)