Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • En direct : "aucune hypothèse exclue" après la disparition du vol d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

EUROPE

Vent de rébellion inédit pour protester contre le bilan socialiste

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/05/2011

Alors que les sondages prévoient une large défaite pour les socialistes espagnols lors des élections locales prévues ce dimanche, une mobilisation sans précédent agite le pays. Ce mouvement, très suivi, suscite la convoitise des conservateurs.

AFP - Les socialistes espagnols sont en passe de subir une lourde défaite face à la droite aux élections locales de dimanche, sanctionnés pour la crise et un chômage record qui ont soulevé un vent inédit de rébellion sociale à travers tout le pays.

A dix mois des législatives, 13 des 17 régions autonomes élisent leur Parlement et toutes les communes d'Espagne leurs conseils municipaux, au moment où des milliers de manifestants, à l'appel des réseaux sociaux, se relaient dans les rues pour crier leur lassitude de la crise et du chômage.

Le mouvement, inattendu, spontané, mêlant des citoyens de tous horizons, beaucoup de jeunes, des salariés, des chômeurs et même des retraités, a fait irruption dans la campagne électorale, suscitant la convoitise de l'opposition conservatrice et le malaise des socialistes.

Au point que le dernier meeting socialiste, vendredi à Madrid, a dû être déplacé: la Plaza Mayor, où il était prévu, a été jugée trop proche de la Puerta del Sol, où les manifestants rassemblés sous le mot d'ordre "Une vraie démocratie, maintenant!" ont dressé leur campement.

Le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, a assuré jeudi qu'il trouvait "des raisons" à ce mouvement.

"On doit écouter et être sensible parce qu'il y a des raisons pour que s'exprime ce mécontentement", a-t-il dit. "A partir de là, nous devons consolider, améliorer (...) Les partis doivent-ils s'améliorer? Bien sûr que oui".

Les cibles du mouvement sont diverses - les grands partis politiques, la corruption, les banques, la crise...

Le discours, peu structuré, trahit à coups de slogans comme "nous avons le droit de nous indigner", la frustration de millions d'Espagnols victimes de la crise, des coupes salariales, du chômage qui ne cesse de grimper avec un taux record de 21,19% au premier trimestre.

Ce climat morose a valu depuis deux ans au Parti socialiste, au pouvoir depuis 2004, une chute libre dans les sondages, qui devrait se concrétiser dimanche par une débâcle face aux conservateurs du Parti Populaire.

L'annonce le 2 avril par M. Zapatero qu'il ne se présenterait pas pour un troisième mandat aux législatives de mars 2012, semble être restée sans effet.

Une partie des socialistes misait alors sur son départ pour créer une nouvelle dynamique dans le parti, qui va devoir se choisir un chef de file, probablement le ministre de l'Intérieur Alfredo Perez Rubalcaba ou la jeune ministre de la Défense Carme Chacon.

"L'effet de l'annonce de Zapatero sera très limité", "son usure est très importante", estime l'analyste politique Josep Ramoneda. Les socialistes "ne parviendront pas à s'affranchir de ce vote sanction", ajoute-t-il.

Selon lui, l'Espagne "vit une crise morale et politique très profonde, avec des candidats inculpés dans de graves affaires de corruption, ce qui est un désastre moral, et un chômage des jeunes à 43%, ce qui signifie la destruction d'une génération entière".

Les enquêtes d'opinion par ville ou par région annoncent toutes la déroute des socialistes qui, au lendemain du 22 mai, pourraient ne plus contrôler qu'une des 17 régions espagnoles, l'Andalousie, et perdre des fiefs historiques comme la région de Castille-la-Manche ou l'Extrémadure.

Barcelone, la deuxième ville d'Espagne tenue depuis 32 ans par les socialistes, devrait basculer aux mains des nationalistes conservateurs de la CiU et Séville, quatrième ville du pays, être remportée par le PP tandis que Madrid et Valence resteraient à droite.

34,6 millions d'électeurs sont appelés à élire 8.116 maires, plus de 68.400 conseillers municipaux et 824 députés régionaux.

Seuls 13 des 17 Parlements autonomes seront renouvelés, la Catalogne, le Pays Basque, la Galice et l'Andalousie votant à d'autres dates.
 

Première publication : 20/05/2011

  • ESPAGNE

    Zapatero refuse d'être candidat à sa succession en 2012

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le nouveau chef militaire de l'ETA a été arrêté dans le nord de la France

    En savoir plus

  • L'Espagne en désaccord avec Moody's

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)