Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance à l'Assemblée

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Premier ministre israélien exclut tout retrait sur les frontières de 1967

Vidéo par Maylis DÉTROYAT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/05/2011

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a rejeté l'appel lancé par le président américain Barack Obama en faveur de la création d'un État palestinien sur les territoires occupés par Israël depuis juin 1967.

AFP - Israël déçu a rejeté jeudi l'appel du président américain Barack Obama à la création d'un Etat palestinien démilitarisé s'étendant sur les Territoires palestiniens occupés par Israël depuis juin 1967, tandis que les Palestiniens réagissaient avec circonspection.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu aussitôt tout "retrait aux lignes de 1967", tout en s'abstenant de s'opposer frontalement au président Obama avant de le rencontrer vendredi à Washington.

"cette mention des frontières de 1967 déplaît"

Le leader palestinien Mahmoud Abbas a appelé pour sa part Israël à "donner au processus de paix la chance qu'il mérite", convoquant la direction palestinienne pour "une réunion d'urgence".

Dans un discours très attendu sur le Moyen-Orient, M. Obama s'est prononcé pour la première fois jeudi en faveur d'un Etat palestinien sur la base des lignes de juin de 1967, c'est-à-dire la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.

"Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les lignes de 1967 avec des échanges sur lesquels les deux parties seraient d'accord, afin d'établir des frontières sûres et reconnues pour les deux Etats", a déclaré M. Obama.

Mais M. Netanyahu a exprimé l'espoir qu'Obama "réaffirmerait des engagements" américains de 2004 qu'Israël "n'aurait pas à se retirer aux lignes indéfendables de juin 1967", selon un communiqué officiel publié avant son départ pour les Etats-Unis.

Il a souligné à ce propos que ces "engagements avaient reçu l'appui massif des deux chambres du Congrès", en allusion au soutien dont a souvent disposé dans le passé Israël auprès des parlementaire américains, devant lesquels il doit prendre la parole mardi prochain.

Benjamin Netanyahu a catégoriquement exclu que des "centres majeurs de population israélienne en Judée-Samarie" se retrouvent du côté palestinien de la frontière, en allusion aux principaux blocs de colonies juives en Cisjordanie.

Il a fait référence à une lettre du président américain George W. Bush en 2004 au Premier ministre israélien de l'époque Ariel Sharon excluant un pur et simple retour israélien aux lignes d'armistice antérieures à la guerre de juin 1967, ce qui impliquerait un retrait israélien de Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est annexée.

Selon son entourage, le Premier ministre israélien a été "déçu" de la prise de position du président américain sur un certain nombre de sujets, en premier lieu "du fait qu'il n'a pas traité du problème des réfugiés" comme Israël l'entend, c'est-à-dire en excluant le retour des réfugiés palestiniens en Israël.

Un haut responsable israélien a néanmoins minimisé les divergences entre les deux dirigeants, soulignant que M. Obama avait réitéré l'opposition des Etats-Unis à la démarche des Palestiniens de faire reconnaître leur Etat devant l'ONU en septembre prochain sans accord de paix préalable.

"Nous ne sommes pas inquiets mais des éclaircissements seront nécessaires", a indiqué ce responsable qui a requis l'anonymat.

Côté palestinien, le porte-parole du président Mahmoud Abbas, Nabil Abou Roudeina, a qualifié "l'opposition de Netanyahu à un retour aux frontières de 1967 de coup aux efforts d'Obama et de refus de la paix au Proche Orient".

Le porte-parole a par ailleurs condamné le feu vert donné jeudi par une commission de planification du ministère de l'Intérieur à la construction de 1.520 nouveaux logements dans deux quartiers de colonisation juive à Jérusalem-Est occupée et annexée.

Pour sa part, le porte-parole du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, Sami Abou Zouhri, a exhorté le président américain à "accomplir des actes concrets pour protéger les droits des Palestiniens et de la nation arabe".

M. Abou Zouhri a en outre rejeté les appels du président américain à reprendre les négociations de paix et à reconnaître Israël.

De son côté, le chef de la diplomatie britannique William Hague a apporté son soutien à la position de M. Obama.

"Je soutiens en particulier le message clair selon lequel les frontières d'Israël et de la Palestine devraient se baser sur les lignes de 1967 avec des échanges mutuellement acceptés", a-t-il affirmé.
 

Première publication : 20/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama veut accompagner les révolutions dans le monde arabe

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'administration Obama face aux révoltes du monde arabe

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'émissaire américain pour le Proche-Orient démissionne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)