Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

Afrique

Alassane Ouattara souhaite que Laurent Gbagbo soit jugé pour crimes de guerre

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/05/2011

Au cours d'un entretien exclusif avec FRANCE 24 - RFI, Alassane Ouattara a insisté sur la nécessité que son prédécesseur, Laurent Gbagbo, soit jugé pour crimes de guerre par la CPI, pour les exactions commises dans le pays ces six derniers mois.

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24 dimanche dans la résidence présidentielle à Yamoussoukro, le président ivoirien Alassane Ouattara a insisté sur la nécessité que Laurent Gbagbo soit jugé pour crimes de guerre. Alassane Ouattara a indiqué qu’il souhaitait que l’ancien président soit jugé à la fois par la justice ivoirienne et par la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes de sang commis dans son pays.

"Il sera jugé. Il sera jugé en interne, et je demande qu'il soit jugé par la Cour pénale internationale", a-t-il déclaré.
Laurent Gbagbo est détenu à Korhogo, dans le nord du pays, à la demande d'Alassane Ouattara, qui a dit craindre pour lui "une tentative d'enlèvement ou des violences".
 
Concernant Guillaume Soro, Alassane Ouattara a annoncé qu’il serait "reconduit dans ses fonctions de Premier ministre et de ministre de la Défense", en soulignant l’excellence de son travail.
 
Au nom de la réconciliation nationale, Alassane Ouattara a également expliqué être en "discussion avec les éléments modérés du Front populaire ivoirien", le parti de Gbagbo, dans la perspective de la formation de son gouvernement.
 
"Je souhaite qu'ils fassent partie de mon gouvernement. Je l'ai promis durant la campagne", a-t-il dit. "On ne peut pas exclure un parti important dans la gestion du pays".
 
Alassane Ouattara a été investi président près de six mois après la tenue de l’élection présidentielle, qui a donné lieu à des violences opposant ses partisans à ceux de l’ex-président Laurent Gbagbo dans tout le pays. Le nombre de morts au cours de cette crise est estimé à 3 000 personnes.
 
À propos de la présence française en Côte d’Ivoire, le président Nicolas Sarkozy a déclaré samedi qu’il n’entendait pas retirer les soldats français de Côte d’Ivoire. À cela, Alassane Ouattara a répondu qu’il était important que les forces françaises restent sur son territoire car elles sont précieuses en matière de lutte contre le terrorisme. "Il faut que cette base soit renforcée", a-t-il insisté.
 
 

 

Première publication : 22/05/2011

  • CÔTE D'IVOIRE - DIAPORAMA

    Yamoussoukro, la capitale inachevée

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Alassane Ouattara appelle à la réconciliation

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Alassane Ouattara investi président devant ses pairs et des milliers d'Ivoiriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)