Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Mademoiselle K

En savoir plus

#ActuElles

Le sexisme passe à table : l’asservissement des femmes par la nourriture

En savoir plus

Afrique

La commission électorale propose le report des élections au 16 octobre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2011

La Haute instance indépendante tunisienne a proposé dimanche de reporter l'élection de l'Assemblée nationale constituante au 16 octobre pour des raisons techniques et logistiques. La date de l'élection était initialement fixée au 24 juillet.

AFP - La Haute instance indépendante tunisienne  chargée de préparer et superviser l'élection de l'Assemblée nationale constituante a proposé dimanche de reporter ces élections au 16 octobre, au lieu du 24 juillet, selon l'agence de presse officielle TAP.
              
Cette information, annoncée à Tunis par le président de cette instance récemment élue, Kamel Jendoubi, a été confirmée à l'AFP par le président de la Commission nationale de réforme politique, Yadh Ben Achour.
              
"Pour des raisons techniques et logistiques, nous n'avons pas assez de temps pour tenir les élections du 24 juillet", a commenté M. Ben Achour lors d'un entretien téléphonique, en précisant toutefois que la Haute instance pour les élections était indépendante de sa propre commission.
              
"Il y a 7 millions d'électeurs à enregistrer, il y a des problèmes d'organisation, de formation des agents inscripteurs...", a-t-il souligné.
              
"C'est désormais au gouvernement de décider et d'en tenir compte au moment où il promulguera le décret de convocation du corps électoral", a expliqué M. Ben Achour, juriste de renom et personnalité indépendante respectée en Tunisie.
              
Le Premier ministre de transition en Tunisie, Béji Caïd Essebsi, avait quant à lui répété mercredi que la "volonté du gouvernement" était de maintenir l'élection d'une Assemblée constituante à la date du 24 juillet même si la décision ne dépendait pas de lui.
              
Maintenir les élections au 24 juillet, "en tout cas c'est la volonté du gouvernement", avait déclaré à la radio Europe 1 M. Essebsi en visite à Paris. "Maintenant, actuellement, les élections ne dépendent plus du gouvernement puisqu'il y a une commission spéciale qui a été créée et va s'occuper des élections", avait-il tenu à préciser.

Première publication : 22/05/2011

  • TUNISIE

    Le Premier ministre évoque un éventuel report des législatives

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Un couvre-feu nocturne décrété à Tunis après de violents heurts

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Imed Trabelsi condamné à deux ans de prison ferme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)