Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

Élections locales sur fond de crise sociale

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2011

Les Espagnols votent ce dimanche pour des élections régionales et municipales qui devraient - selon les derniers sondages - sanctionner le gouvernement socialiste de Zapatero, bousculé depuis une semaine par une fronde sociale sans précédent.

AFP - L'Espagne, envahie par une rébellion sociale inédite contre le chômage et la crise économique, votait dimanche pour des élections locales qui s'annoncent comme une débâcle pour les socialistes au pouvoir.
              
A Madrid, la foule des manifestants restait mobilisée sur la place de la Puerta del Sol, où le village de bâches bleues et de tentes des jeunes "indignés" est devenu le coeur de la contestation.
              
Dans la nuit, des dizaines de milliers de personnes avaient de nouveau manifesté dans toutes les villes du pays.
              
Cette fronde soudaine a été l'invitée surprise de la campagne électorale, au moment où les socialistes s'apprêtent, selon les sondages, à affronter une sévère défaite aux élections régionales et municipales, face à leurs adversaires conservateurs du Parti populaire (PP).
              

Débâcle attendue pour les socialistes


Le mouvement a surgi depuis le 15 mai via les réseaux sociaux, pour très rapidement s'amplifier, gagner tout le pays et se structurer. Dimanche, ses organisateurs devaient décider de la suite à lui donner.
              
Spontané, coloré, pacifique, laboratoire d'idées pour des réformes à venir, ce mouvement citoyen, qui se veut apolitique, dénonce l'injustice sociale, les dérives du capitalisme, la "corruption des politiciens".
              
Si les revendications sont des plus diverses, le chômage, avec un taux record de 21,19% et près de la moitié des moins de 25 ans, revient sur toutes les lèvres.
              
Et aussi la défiance envers les grands partis politiques, les socialistes et le Parti populaire, qui pourrait alimenter dimanche le vote blanc, l'abstention tant redoutée par la classe politique ou le vote pour de petits partis.
              
Le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, a affirmé après avoir voté à Madrid qu'une "large participation est sans aucun doute le meilleur résultat pour cette journée électorale".
              
Son adversaire Mariano Rajoy, chef du PP, a lui aussi rappelé que "la démocratie, c'est le vote".
              
Mais les jeunes n'y croient pas. "Bien sûr, bien sûr qu'ils ne nous représentent pas", est l'un des slogans favoris, répété à l'infini chaque nuit sur la Puerta del Sol.
              
"Bien sûr je vais voter, mais pour un petit parti", confiait dimanche Ana Rodriguez, une jeune femme ingénieur au chômage de 29 ans, qui venait de passer deux nuits avec les manifestants. "Il faut un changement dans le système politique, pour que les petits partis soient mieux représentés".
              
Le défi est double pour le gouvernement, puisque les rassemblements se poursuivent en dépit de la trêve qui interdit toute activité politique à la veille et le jour des élections.
              
Sous la pression de la rue, face à des foules réunissant des citoyens de tous horizons, le gouvernement a dû renoncer à faire évacuer les manifestants.
              
A dix mois des législatives de mars 2012, le pouvoir socialiste était déjà en très mauvaise posture pour sa politique d'austérité contre la crise.
              
Dans ce contexte troublé, toutes les communes d'Espagne élisent leurs conseils municipaux et 13 des 17 régions autonomes leurs Parlements. La Catalogne, le Pays Basque, la Galice et l'Andalousie votent à d'autres dates.
              
34,6 millions d'électeurs sont appelés à élire 8.116 maires, plus de 68.400 conseillers municipaux et 824 députés régionaux.
              
L'annonce le 2 avril par M. Zapatero qu'il ne se présenterait pas pour un troisième mandat en 2012 semble être restée sans effet sur la chute de popularité des socialistes.
              
A partir de lundi, ils pourraient ne plus contrôler qu'une seule des 17 régions espagnoles, l'Andalousie, et devraient perdre des fiefs historiques comme la Castille-la Manche et l'Estrémadure, ainsi que les grandes villes de Barcelone et Valence.
              
Les bureaux de vote doivent fermer à 20h00 (18h00 GMT). Les premiers résultats partiels sont attendus à partir de 20h00 GMT.

Première publication : 22/05/2011

  • ESPAGNE

    Des centaines de personnes défient l'interdiction de manifester

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Vent de rébellion inédit pour protester contre le bilan socialiste

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)