Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

EUROPE

Les Espagnols sanctionnent les socialistes dans les urnes

©

Vidéo par Adeline PERCEPT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2011

Le Parti socialiste au pouvoir a essuyé une lourde défaite lors des élections municipales dimanche. Les Espagnols, qui manifestent depuis une semaine contre le gouvernement, ont sanctionné une politique d'austérité et un taux de chômage record.

REUTERS - Groggy, le Parti socialiste (PSOE) au pouvoir en Espagne se trouve lundi, au lendemain de sa lourde défaite aux élections régionales et municipales, devant un dilemme : répondre à la grogne sociale ou rassurer les investisseurs qui appellent à l'adoption de nouvelles mesures d'austérité.

Résultats provisoires

Le Parti socialiste espagnol, avec 27,81 % des voix, arrive très loin derrière les conservateurs du Parti populaire (37,58 %), selon des résultats quasi définitifs communiqués par l'AFP.

Après plus d'une semaine de manifestations de jeunes protestant contre l'envolée du chômage et l'austérité, le Parti populaire (PP, opposition) a obtenu dimanche dix points de plus que les socialistes qui enregistrent leur plus mauvais score à des élections municipales depuis l'avènement de la démocratie en 1978 après la fin de la dictature de Franco.

"Ces résultats sont une réaction explicite à la crise économique que nous subissons depuis trois ans (...)", a estimé le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero. "Je sais que la majorité des Espagnols connaissent de grandes difficultés et craignent pour leur emploi et leur avenir", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Fragilisé, Zapatero, qui est arrivé au pouvoir en 2004, pourrait être pressé d'organiser des élections anticipées après la perte de nombreux bastions socialistes, dont la ville de Séville et la région de Castille-La-Manche.

Le chef du gouvernement a toutefois annoncé qu'il irait jusqu'à la fin de son mandat qui court jusqu'à mars prochain.

Si le résultat d'élections locales ne permettent pas de prédire le résultat d'élections générales, le PP, parti de centre droit, va tenter de transformer le résultat de dimanche en victoire au niveau national.

"C'est un jour formidable pour notre parti. Nous avons fait le meilleur résultat de l'histoire de notre parti dans des élections municipales et régionales", s'est félicité Mariano Rajoy candidat du PP aux élections législatives de l'an prochain.

Le PP, qui devrait appeler à des élections anticipées, ne dispose pas de suffisamment de sièges au parlement pour pouvoir remporter un vote de défiance.

Les socialistes doivent désigner dans les prochains mois un successeur à Zapatero qui a annoncé qu'il ne briguerait pas un troisième mandat l'année prochaine.

Le vice-président du gouvernement, Alfredo Perez Rubalcaba, et le ministre de la Défense, Carme Chacon, sont tous les deux candidats.

Selon les analystes, Zapatero souhaite se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible pour permettre à l'économie d'avoir le temps de se relancer et d'augmenter ainsi les chances des socialistes de remporter les élections de l'an prochain ou au moins de limiter les chances du PP.

"Ils attendent la fin de l'orage. Si l'économie progresse au troisième trimestre et si la situation de l'emploi s'améliore, ils pourront dire que c'est grâce à leurs réformes économiques", souligne Antonio Barroso, analyste chez Eurasiagroup.

Dans un contexte de crise de la dette dans la zone euro qui a contraint la Grèce, l'Irlande et le Portugal à faire appel à l'Union européenne et au Fonds monétaire international, Madrid a adopté une série de mesures pour tenter de résorber son déficit public et rassurer les marchés financiers.

Le plan d'austérité a pesé sur la relance de l'économie et la crise économique continue de détruire des emplois dans certains secteurs.

Zapatero a promis qu'il n'y aurait pas de nouvelle vague d'austérité, susceptible de provoquer de nouvelles manifestations, tout en assurant aux investisseurs qu'il maintenait son objectif de ramener le déficit public espagnol à 6% du PIB cette année.
 

Première publication : 23/05/2011

  • ESPAGNE

    Élections locales sur fond de crise sociale

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Vent de rébellion inédit pour protester contre le bilan socialiste

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)