Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux objets intelligents

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Valls prêt à lâcher du lest

En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Real Madrid – Bayern Munich, duel de géants en demi-finale

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l'incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

EUROPE

Les Espagnols sanctionnent les socialistes dans les urnes

©

Vidéo par Adeline PERCEPT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2011

Le Parti socialiste au pouvoir a essuyé une lourde défaite lors des élections municipales dimanche. Les Espagnols, qui manifestent depuis une semaine contre le gouvernement, ont sanctionné une politique d'austérité et un taux de chômage record.

REUTERS - Groggy, le Parti socialiste (PSOE) au pouvoir en Espagne se trouve lundi, au lendemain de sa lourde défaite aux élections régionales et municipales, devant un dilemme : répondre à la grogne sociale ou rassurer les investisseurs qui appellent à l'adoption de nouvelles mesures d'austérité.

Résultats provisoires

Le Parti socialiste espagnol, avec 27,81 % des voix, arrive très loin derrière les conservateurs du Parti populaire (37,58 %), selon des résultats quasi définitifs communiqués par l'AFP.

Après plus d'une semaine de manifestations de jeunes protestant contre l'envolée du chômage et l'austérité, le Parti populaire (PP, opposition) a obtenu dimanche dix points de plus que les socialistes qui enregistrent leur plus mauvais score à des élections municipales depuis l'avènement de la démocratie en 1978 après la fin de la dictature de Franco.

"Ces résultats sont une réaction explicite à la crise économique que nous subissons depuis trois ans (...)", a estimé le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero. "Je sais que la majorité des Espagnols connaissent de grandes difficultés et craignent pour leur emploi et leur avenir", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Fragilisé, Zapatero, qui est arrivé au pouvoir en 2004, pourrait être pressé d'organiser des élections anticipées après la perte de nombreux bastions socialistes, dont la ville de Séville et la région de Castille-La-Manche.

Le chef du gouvernement a toutefois annoncé qu'il irait jusqu'à la fin de son mandat qui court jusqu'à mars prochain.

Si le résultat d'élections locales ne permettent pas de prédire le résultat d'élections générales, le PP, parti de centre droit, va tenter de transformer le résultat de dimanche en victoire au niveau national.

"C'est un jour formidable pour notre parti. Nous avons fait le meilleur résultat de l'histoire de notre parti dans des élections municipales et régionales", s'est félicité Mariano Rajoy candidat du PP aux élections législatives de l'an prochain.

Le PP, qui devrait appeler à des élections anticipées, ne dispose pas de suffisamment de sièges au parlement pour pouvoir remporter un vote de défiance.

Les socialistes doivent désigner dans les prochains mois un successeur à Zapatero qui a annoncé qu'il ne briguerait pas un troisième mandat l'année prochaine.

Le vice-président du gouvernement, Alfredo Perez Rubalcaba, et le ministre de la Défense, Carme Chacon, sont tous les deux candidats.

Selon les analystes, Zapatero souhaite se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible pour permettre à l'économie d'avoir le temps de se relancer et d'augmenter ainsi les chances des socialistes de remporter les élections de l'an prochain ou au moins de limiter les chances du PP.

"Ils attendent la fin de l'orage. Si l'économie progresse au troisième trimestre et si la situation de l'emploi s'améliore, ils pourront dire que c'est grâce à leurs réformes économiques", souligne Antonio Barroso, analyste chez Eurasiagroup.

Dans un contexte de crise de la dette dans la zone euro qui a contraint la Grèce, l'Irlande et le Portugal à faire appel à l'Union européenne et au Fonds monétaire international, Madrid a adopté une série de mesures pour tenter de résorber son déficit public et rassurer les marchés financiers.

Le plan d'austérité a pesé sur la relance de l'économie et la crise économique continue de détruire des emplois dans certains secteurs.

Zapatero a promis qu'il n'y aurait pas de nouvelle vague d'austérité, susceptible de provoquer de nouvelles manifestations, tout en assurant aux investisseurs qu'il maintenait son objectif de ramener le déficit public espagnol à 6% du PIB cette année.
 

Première publication : 23/05/2011

  • ESPAGNE

    Élections locales sur fond de crise sociale

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Vent de rébellion inédit pour protester contre le bilan socialiste

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)