Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

Sports

Sebastian Vettel remporte le Grand Prix d'Espagne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2011

L'Allemand Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix de Formule 1 d'Espagne dimanche à Barcelone. Le champion du monde en titre remporte ainsi sa quatrième victoire de la saison. Lewis Hamilton termine deuxième.

REUTERS - L'Allemand Sebastian Vettel, champion du monde en titre, a remporté dimanche, lors du Grand Prix de Formule Un d'Espagne à Barcelone, sa quatrième victoire de la saison en cinq courses disputées.
 
La McLaren du Britannique Lewis Hamilton, arrivée avec un retard de 63 centièmes après avoir harcelé Sebastian Vettel dans les derniers tours, s'est emparée de la deuxième position.
 
"C'était dingue, dingue, tu étais en train de revenir", a glissé le pilote de Red Bull à Lewis Hamilton avant de monter sur la première marche du podium.
 
La victoire de Vettel porte à 41 points l'avance du champion en titre au classement sur Lewis Hamilton, le seul pilote à l'avoir devancé cette saison, lors du Grand Prix de Chine.
 
Jenson Button, le coéquipier d'Hamilton, arrivé troisième, a relégué Mark Webber, pourtant parti en pole position, au pied du podium.
 
Les autres concurrents, à commencer par le cinquième Fernando Alonso, auteur d'un départ en trombe, sont arrivés avec au moins un tour de retard sur Vettel.
 
Nick Heidfeld, sur Lotus Renault, est passé de la dernière ligne, au départ de la course, à la huitième position à l'arrivée.
 
"Le fait que tout le monde, derrière Red Bull et Mercedes, ait fini avec un tour de retard aujourd'hui, montre qu'il y a beaucoup de travail pour le reste du plateau", a expliqué Norbert Haug, le vice-président de Mercedes Motorsport.

"UN TRES MAUVAIS MOMENT"
 
Le succès de l'Allemand, le quatorzième de sa carrière, n'est pas une surprise. Mais c'est la première fois depuis 2000 que le pilote en pole ne remporte pas la course en Espagne.
 
"Des gens disaient que, aujourd'hui, la course serait ennuyeuse", selon Sebastian Vettel. "A la fin, Lewis et moi roulions comme des fous, poussant les pneus jusqu'à leurs limites".
 
"A dix tours de l'arrivée, c'était un peu comme en Chine, avec les pneus qui fichaient le camp", a-t-il expliqué, en référence au GP de Shanghaï qui avait vu le Britannique passer devant, à la faveur d'une meilleure stratégie.
 
"McLaren et particulièrement Lewis nous ont fait passer un très, très mauvais moment", a confié Vettel.
 
"A mesure que la course avançait, nous avions une allure vive, mais il était très, très dur de dépasser Sebastian sur la fin", a admis Lewis Hamilton.
 
Webber, vainqueur en Catalogne la saison dernière, avait pris sa première pole position de la saison, mais a payé le prix d'un départ poussif. Devant son public, Fernando Alonso a surgi de sa deuxième ligne pour s'emparer de la tête, à la grande joie des 78.000 spectateurs présents.

Alonso a toutefois cédé sa place dès le vingtième tour, avant de finir la course avec des pneus durs.

Première publication : 22/05/2011

  • FORMULE 1

    Mark Webber en pole position du GP d'Espagne

    En savoir plus

  • FORMULE 1 - GRAND PRIX DE CHINE

    Vettel signe le meilleur temps à Shanghaï

    En savoir plus

  • FORMULE 1

    Sebastian Vettel s'adjuge le Grand Prix de Malaisie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)