Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

La dépouille de l'ancien président Salvador Allende exhumée par la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2011

La dépouille de Salvador Allende, président socialiste de 1970 à sa mort en 1973 lors d'un coup d'État, a été exhumée du cimetière central de Santiago. L'enquête judiciaire, ouverte en février, doit établir s'il s'est suicidé ou s'il a été assassiné.

AFP - La dépouille de l'ancien président socialiste du Chili Salvador Allende a été exhumée lundi, dans le cadre d'une enquête judiciaire pour établir s'il s'est suicidé ou s'il a été assassiné le jour du coup d'Etat du 11 septembre 1973, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'exhumation a eu lieu dans le cimetière central de Santiago, dans le cadre d'une enquête ouverte en février sur la mort de cette icône de la gauche latino-américaine. L'expertise sera confiée au service médico-légal et à des experts étrangers.

Allende, premier marxiste élu à la présidence du Chili en 1970, est mort par balle dans le palais présidentiel de la Moneda à Santiago, bombardé par l'armée de l'air, lors du coup d'Etat du général Augusto Pinochet le 11 septembre 1973. Il avait 65 ans.

L'arme et les balles ayant entraîné sa mort n'ont jamais été retrouvées et la veuve d'Allende et ses filles n'ont pas pu voir son cadavre.

Selon une autopsie pratiquée à l'Hôpital militaire de Santiago, il s'était suicidé en se tirant une balle sous le menton.

La famille du président elle-même privilégie la thèse du suicide, qui a été mise en cause notamment par le leader cubain Fidel Castro, mais soutient l'enquête judiciaire.

"Cela nous paraît important pour le pays et pour le monde que l'on puisse établir juridiquement les causes de sa mort et les circonstances extrêmement violentes qui l'ont entourée", a déclaré la fille d'Allende, Isabel, aujourd'hui sénatrice.

L'enquête sur la mort du président chilien a été rouverte en même temps que 725 dossiers de crimes contre l'humanité commis sous la dictature (1973-1990), qui n'avaient jamais été traités faute de plaintes.

Première publication : 23/05/2011

  • CHILI

    La justice chilienne ordonne l'exhumation de Salvador Allende

    En savoir plus

  • CHILI

    Santiago ouvre une enquête pour la première fois sur la mort d'Allende

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)