Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Barack Obama débute sa tournée européenne par Dublin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2011

Le président américain Barack Obama est arrivé lundi matin sur le sol irlandais. Il doit tenir un discours à Dublin pour la première étape de sa tournée européenne qui le mènera ensuite à Londres et à Deauville pour le G8, les 26 et 27 mai.

AFP - Le président Barack Obama a salué lundi à Dublin la visite historique de réconciliation effectuée la semaine dernière par la reine Elizabeth en Irlande et souligné que le processus de paix en Ulster envoyait une "onde d'espoir" dans le monde entier.

"Je voudrais dire au peuple irlandais combien nous avons été encouragés par les progrès réalisés en Irlande du Nord", a souligné le président américain, au sortir d'un entretien avec le Premier ministre irlandais Enda Kenny à Dublin, première étape de la tournée de six jours qu'il effectue en Europe.

"L'Irlande représente la patrie d'origine"

"Cela signifie que la paix est possible et que des peuples qui s'affrontent depuis longtemps peuvent réinventer de nouvelles relations", a-t-il ajouté.

"Voir sa majesté la reine d'Angleterre venir ici, la chaleur des échanges et la cicatrisation des blessures que va, je le crois, permettre cette visite; savoir que l'ancien Premier ministre FitzGerald a pu voir la reine dans son pays, envoient un signal, non seulement en Angleterre, non seulement en Irlande, mais dans le monde entier", a poursuivi M. Obama.

Garret Fitzgerald, signataire d'un accord en 1985 ayant ouvert la voie au processus de paix en Irlande du Nord, a pu voir à la télévision les images de la visite de la reine la semaine dernière, quelques heures avant sa mort à l'âge de 85 ans, selon la presse locale.

La visite d'Elizabeth II a envoyé dans le monde l'équivalent de ce que Robert Kennedy avait appelé "une onde d'espoir", a estimé le président, dans une allusion à l'ancien candidat à la présidence américaine, assassiné en 1968.

Cette déclaration a pu être interprétée par certains comme une allusion au conflit israélo-arabe, même si le président Obama, qui a lancé récemment un appel à la paix au Proche-Orient, ne l'a pas mentionné explicitement.

Barack Obama a également fait part de sa satisfaction face aux progrès accomplis par l'Irlande pour sortir de la crise économique, un "parcours difficile", mais dont le peuple irlandais est capable de venir à bout, a-t-il jugé.

Il a également insisté sur les "liens du sang" unissant son pays à l'Irlande. Près de 34 millions d'Américains ont des racines irlandaises, à commencer par le président lui-même.

Première publication : 23/05/2011

  • IRLANDE

    Croke Park, lieu symbole de la marche vers l’Indépendance

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La cote de popularité d'Obama dopée par la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)