Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Afrique

Paris et Londres envoient des hélicoptères en renfort contre le régime de Tripoli

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2011

Les autorités françaises ont indiqué que des porte-hélicoptères français et britanniques faisaient route vers les côtes libyennes. Objectif : frapper plus précisément les cibles militaires et accentuer la pression sur le colonel Kadhafi.

AFP - La France et la Grande-Bretagne, visiblement décidées à accentuer la pression sur le colonel Mouammar Kadhafi deux mois après le début des opérations militaires en Libye, vont y envoyer des hélicoptères de combat, ont indiqué lundi les autorités françaises.
              
Des porte-hélicoptères français et britannique, le Tonnerre et le HMS Ocean, ont été dépêchés au large des côtes libyennes, a déclaré à Bruxelles le ministre français de la Défense Gérard Longuet, en marge d'une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.
              
Alors que "l'étau" des forces kadhafistes "s'est desserré autour de Misrata", après des mois de siège, selon les mots de M. Longuet, l'opération de la coalition internationale, lancée le 19 mars et placée depuis le début avril sous commandement Otan, va prendre une nouvelle tournure avec l'intervention des hélicoptères de combat.
              
Peu auparavant, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, également à Bruxelles, a fait état de la volonté de Paris d'envoyer des hélicoptères en Libye permettant "de mieux adapter nos capacités de frappes au sol avec des moyens de frappe plus précis".
              
Il confirmait ainsi une information du quotidien français Le Figaro.
              
"Les Britanniques, qui ont des moyens comparables aux nôtres, vont aussi s'engager" dans cette voie du déploiement d'hélicoptères dans la région, a précisé M. Longuet à des journalistes, qui l'interrogeaient sur les pays qui allaient imiter la France.
              
"Vous avez parlé de la Grande-Bretagne et du (navire porte-hélicoptère de la marine britannique) HMS Ocean, vous avez vous-mêmes apporté la réponse", a ajouté le ministre français de la Défense.
              
"+The sooner the better+ (le plus tôt sera le mieux, NDLR), c'est ce que pensent les Anglais, c'est ce dont nous venons de discuter avec mon collègue britannique", Gerald Howarth, secrétaire d'Etat à la stratégie pour la sécurité internationale, a-t-il encore dit.
              
 Outre des hélicoptères légers comme le Lynx, le HMS Ocean pour ce genre de mission est susceptible d'embarquer des hélicoptères de combat Apache, de fabrication américaine.
              
Selon Le Figaro, 12 hélicoptères de combat ont été embarqués à bord du Tonnerre parti jeudi de Toulon (Sud de la France) pour être engagés dans les combats contre les forces libyennes.
              
M. Longuet, sans en donner le nombre, s'est borné à indiquer qu'il s'agirait "essentiellement" d'appareils de type Gazelle, ainsi que de quelques Tigre, plus puissants et plus récents.
              
A Londres, une porte-parole du gouvernement s'est refusée à tout commentaire à propos des déclarations du ministre français. "Nous n'avons pas pour habitude de parler de nouvelles missions avant qu'elles n'aient démarré", a-t-elle dit laconiquement.
              
M. Longuet a assuré qu'en envoyant des hélicoptères "nous sommes très clairement dans la prolongation de la résolution 1973" de l'ONU autorisant l'intervention en Libye, "qui consiste à neutraliser les forces de Kadhafi lorsqu'elles menacent les civils".
              
"L'intervention aérienne est décisive mais elle ne permet pas de traiter tous les objectifs, notamment la logistique de proximité, comme les batteries, les camions-citerne ou de munitions", a argumenté le ministre, "surtout quand ces moyens sont employés dans des milieux urbains, où ils circulent dans des conditions qui nous conduiraient à prendre des risques de dommages collatéraux".
              
Il s'est refusé cependant à confirmer toute présence de forces spéciales françaises dans la zone, que ce soit en Libye, particulièrement à Misrata (ouest) comme le bruit en avait couru, ni même à bord du Tonnerre.
              
                 


Première publication : 23/05/2011

  • LIBYE

    Frappes coordonnées des avions de l'Otan contre des navires de guerre libyens

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Échange de tirs meurtrier dans le nord du pays

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis compte saisir l'ONU si des obus libyens continuent de tomber sur son sol

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)