Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

George Weah : la légende du football officiellement président du Liberia

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrine : une balle dans le pied d'Erdogan ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

Moyen-orient

Au Congrès américain, Netanyahou exclut un retour aux frontières de 1967

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2011

Le chef du gouvernement israélien a déclaré devant le Congrès américain qu'Israël ne reviendrait "jamais" aux frontières de 1967, contrairement à ce que propose le président des États-Unis, Barack Obama, pour ramener la paix dans la région.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré mardi devant le Congrès américain que son pays saurait se montrer généreux pour les frontières d'un futur Etat palestinien, tout en réitérant son refus d'un retour aux lignes d'armistice de 1967.
              
"Israël sera généreux quant à la taille de l'Etat palestinien mais nous serons très fermes quand il s'agira du tracé de la frontière. C'est un principe important", a assuré le chef du gouvernement israélien.
              
"Nous reconnaissons qu'un Etat palestinien doit être suffisamment grand pour être viable, indépendant et prospère", a ajouté M. Netanyahu.
              
Mais il a répété que son pays n'accepterait pas de revenir aux frontières de 1967, qu'il a qualifiées "d'indéfendables", alors que le président américain Barack Obama a estimé la semaine dernière que ces lignes d'armistice devraient servir de base pour la négociation avec les Palestiniens.
              
M. Netanyahu a plaidé en outre contre une division de Jérusalem, assurant que la ville devait rester "la capitale unie d'Israël".

Première publication : 24/05/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Premier ministre israélien exclut tout retrait sur les frontières de 1967

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Réunion du Fatah et du Hamas au Caire pour former un gouvernement transitoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)