Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Moyen-orient

Les Palestiniens accusent Netanyahou "d'ajouter des obstacles à la paix"

©

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

En réaction au discours sans concessions du chef du gouvernement israélien devant le Congrès américain, où il a affirmé qu'Israël ne reviendrait jamais aux frontières de 1967, les Palestiniens ne jurent plus que par la reconnaissance de leur État.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, acclamé par le Congrès américain, a prononcé mardi un discours sans concessions pour le processus de paix, même s'il a promis que son pays saurait se montrer "généreux" pour les frontières d'un futur Etat palestinien.

Les Palestiniens ont immédiatement réagi en accusant M. Netanyahu "d'ajouter des obstacles à la paix", selon le porte-parole du président Mahmoud Abbas.

"Côté israélien, l'allocution de Netanyahou divise"

"Israël sera généreux quant à la taille de l'Etat palestinien mais nous serons très fermes quand il s'agira du tracé de la frontière. C'est un principe important", a assuré le chef du gouvernement israélien aux élus américains, tout en réitérant son refus d'un retour aux lignes qui prévalaient avant la guerre des Six jours en 1967.

"Nous reconnaissons qu'un Etat palestinien doit être suffisamment grand pour être viable, indépendant et prospère", a déclaré M. Netanyahu, dont le discours a été brièvement interrompu par une manifestante hostile aux colonies.

Mais il a répété que son pays n'accepterait pas de revenir aux frontières de 1967, qu'il a qualifiées "d'indéfendables".

Le président américain Barack Obama avait estimé la semaine dernière que ces lignes d'armistice devraient servir de base, en tenant compte des évolutions depuis 1967, pour la négociation avec les Palestiniens.

S'attirant un refus sans nuance de "Bibi" Netanyahu, M. Obama avait ensuite jugé que ses propos avaient été mal interprétés.

Mardi, M. Netanyahu a assuré être prêt à "des compromis douloureux" pour parvenir à la paix avec les Palestiniens. "Ce n'est pas facile pour moi", a-t-il expliqué, "car je reconnais que dans une paix véritable, nous devrons abandonner des parties de l'ancestrale patrie juive".

M. Netanyahu a admis qu'après un accord de paix, certaines colonies d'implantation juives se retrouveraient à l'extérieur des frontières d'Israël.

"Benjamin Netanyahou a été extrêmement ferme"
Sur la chaîne de télévision Fox News, le Premier ministre israélien a estimé qu'"Israël devait avoir des frontières sûres car dans notre partie du monde, il y a cette simple vérité: une paix que vous ne pouvez pas défendre est une paix qui ne tiendra pas".

Le blogueur Shmuel Rosner, du journal Jerusalem Post, a été l'un des premiers à réagir au discours de M. Netanyahu.

"Israël sera généreux sur la taille de l'Etat palestinien, mais comment? Netanyahu ne l'a pas précisé", s'est-il interrogé: "Si beaucoup de terres restent dans des mains israéliennes, où Netanyahu trouvera-t-il le territoire supplémentaire requis pour une telle générosité?"

Benjamin Netanyahu est par ailleurs demeuré inflexible sur Jérusalem, dont les Palestiniens revendiquent la partie Est. La Ville Sainte, pour M. Netanyahu, est et doit rester la capitale indivisible d'Israël.

Il a aussi rejeté l'idée d'un droit au retour des réfugiés palestiniens - un point avec lequel M. Obama s'était montré d'accord.

Le Premier ministre israélien n'a par ailleurs rien lâché de sa combativité envers le Hamas, jurant qu'Israël ne négocierait pas avec la "version palestinienne d'Al-Qaïda". Le Hamas, au pouvoir à Gaza, est désormais lié par un accord de gouvernement avec le Fatah du président Mahmoud Abbas.

M. Netanyahu, qui a eu un désaccord public avec M. Obama sur la question des frontières, était sous pression pour annoncer des concessions susceptibles de ressusciter le processus de paix entre Israël et les Palestiniens.

L'un des enjeux, pour lui, est d'empêcher par une initiative la tentative des Palestiniens de faire voter à l'ONU, en septembre, la reconnaissance de leur Etat.

Cette démarche doit être combattue, a plaidé M. Netanyahu devant un Congrès très largement acquis à sa cause, et qui l'a applaudi de nombreuses fois debout. C'était la deuxième fois qu'il s'adressait aux deux chambres réunies du parlement américain.

Le discours de Benjamin Netanyahu ne laisse aux Palestiniens "pas d'autre choix que d'aller à l'ONU en septembre" pour demander la reconnaissance de leur Etat, a réagi un négociateur palestinien.

M. Netanyahu a également pris soin de remercier M. Obama pour son engagement "ferme" envers la sécurité d'Israël. Un président américain que le discours de Netanyahu "laisse les mains vides, sans +idées+ à partir desquelles travailler", selon Shmuel Rosner.

Première publication : 25/05/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Au Congrès américain, Netanyahou exclut un retour aux frontières de 1967

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Réunion du Fatah et du Hamas au Caire pour former un gouvernement transitoire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)