Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

FRANCE

Les députés UMP se rebiffent contre la suppression des panneaux signalant des radars

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2011

Le durcissement de la politique en matière de sécurité routière prend un tour singulier. 70 députés UMP ont adressé à François Fillon une lettre dénonçant la "profonde exaspération" des Français devant des décisions prises sans concertation.

REUTERS - La polémique sur la suppression en France des panneaux signalant les radars fixes tourne à l'affrontement direct entre François Fillon et les députés UMP, qui furent longtemps son principal soutien.

"Nous n'avons pas de dialogue avec le Premier ministre", a déploré mardi Philippe Meunier, député UMP du Rhône, sur Europe 1.

Le député de la Droite populaire, aile droite de l'UMP, s'exprimait peu avant une nouvelle réunion, qui s'annonce houleuse, entre le chef du gouvernement et les parlementaires du parti majoritaire.

"Nous allons tout mettre en oeuvre pour instaurer ce dialogue et trouver un compromis", a-t-il ajouté. "Il faut sortir par le haut de cette affaire-là, qui peut en effet entraîner une crise politique au sein de la majorité."

Plus de 70 députés UMP ont adressé lundi une lettre de protestation au Premier ministre dans laquelle ils font part de la "profonde exaspération" des Français contre les dernières mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre la hausse de la mortalité routière.

Pas question cependant pour le gouvernement de reculer, a répété mardi François Baroin.

"La lutte contre l'insécurité routière est et demeure depuis 2002 une grande cause nationale et rien, je dis bien rien, ne saurait justifier un relâchement de l'effort en matière de rigueur, de prévention bien sûr, mais aussi de répression", a dit le porte-parole du gouvernement sur Europe 1.

"Rien ne nous éloignera de cette volonté d'atteindre les objectifs que le président de la République a fixés", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, n'a pas voulu trancher, prônant à la fois la fermeté dans l'action gouvernementale et le débat avec les parlementaires mécontents.

"L'augmentation du nombre de morts sur la route commande une réaction très forte des pouvoirs publics", a-t-il dit sur France Info. "Je souhaite que les choses s'apaisent", a-t-il ajouté. "Il faut laisser la liberté de débat, comme dans d'autres domaines. En revanche, au moment où on prend la décision, on la prend."

Le nombre de morts sur les routes françaises a augmenté de près de 20% en avril par rapport au même mois en 2010, avec 355 décès. Les accidents de la route tuent environ 4.000 personnes chaque année en France.

Première publication : 24/05/2011

  • FRANCE

    Le Parti radical de Borloo se sépare de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après l'échec des cantonales, l'UMP sous tensions

    En savoir plus

  • "Et si on organisait un débat sur l'identité de l'UMP?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)