Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

EUROPE

L'éruption volcanique en Islande perturbe le ciel européen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2011

Le nuage de cendre formé par l'éruption - depuis samedi - du volcan Grimsvöetn, le plus actif d'Islande, perturbe mardi l'espace aérien européen. Quelque 252 vols ont été annulés, principalement en Écosse et en Irlande.

AFP - Deux cent cinquante deux vols ont été annulés mardi à cause du passage du nuage de cendres provoqué par l'éruption du volcan islandais Grimsvötn sur l'Ecosse et le nord de l'Irlande, a annoncé Eurocontrol.

VOLCANS ISLANDAIS : INFOGRAPHIE

"Le nuage a atteint l'Ecosse et le nord de l'Irlande et les compagnies aériennes ont décidé de ne pas voler dans les zones rouges à fortes densité de cendres", a expliqué Brian Flynn, chef des opérations de l'organisation européenne de la sécurité aérienne sur le site twitter d'Eurocontrol.

"Le nuage devrait toucher en fin de journée le sud de la Scandinavie, le Danemark et certaines parties du nord de l'Allemagne", a-t-il ajouté.

"Il devrait ensuite continuer vers le sud et toucher la France puis l'Espagne, mais il est difficile de dire quand", a-t-il ajouté.

Brian Flynn a précisé que le club de football du FC Barcelone attendait les précisions d'Eurocontrol sur l'évolution du nuage pour savoir s'il pourrait participer samedi à la finale de la Ligue des Champions à Wembley contre Manchester United.

L'activité a réduit

L'activité du volcan islandais Grimsvötn a réduit dans la nuit de lundi à mardi et le panache dégagé était beaucoup moins haut que la veille au soir, entre 3 et 5 kilomètres, a indiqué l'Office météorologique islandais.

Trois zones --bleue, grise et rouge-- ont été créées pour éviter la paralysie du ciel européen après l'éruption du volcan Eyjafjöll en Islande en avril 2010. Auparavant, les mesures de sécurité imposaient la fermeture de l'espace aérien du pays dès qu'il était touché par le nuage de cendres.

L'Ecosse a été placée en zone rouge et l'Irlande en zone bleue.

En dehors de l'Ecosse, les aéroports du Royaume-Uni fonctionnaient normalement, a indiqué mardi matin l'autorité britannique de régulation du trafic aérien NATS (National Air Traffic Services).

L'autorité de l'aviation civile en Irlande a pour sa part annoncé que l'espace aérien restait ouvert.

Quel impact sur le trafic européen ?

Suivez l'évolution de la situation, et notamment l'impact sur le trafic aérien, sur le site (en anglais) de l'organisation européenne de la sécurité aérienne Eurocontrol.

 

L'opérateur des aéroports norvégiens Avinor a lui indiqué que les cendres avaient atteint mardi matin le sud-ouest de la Norvège, ne provoquant toutefois dans l'immédiat que des perturbations mineures dans le trafic aérien.

Le volcan Grimsvötn, le plus actif d'Islande, connaît depuis samedi son plus violent début d'éruption en un siècle au moins, accompagné d'un immense panache de fumée.

Première publication : 24/05/2011

  • DIPLOMATIE

    Le nuage de cendres perturbe la tournée européenne d'Obama

    En savoir plus

  • ISLANDE

    Les experts prévoient un impact limité de l'éruption sur le trafic aérien

    En savoir plus

  • ISLANDE

    Le volcan en éruption menace le ciel européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)