Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou va détailler son plan de paix devant le Congrès américain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2011

Le chef du gouvernement israélien va exposer son plan pour une "paix sécurisée" ce mardi à Washington après qu'Obama a jeté un froid sur les relations israélo-américaines en proposant la création d'un État palestinien sur les frontières de 1967.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait prononcer mardi le "discours de sa vie" devant le Congrès à Washington, prédisent certains éditorialistes en Israël, tandis que d'autres doutent que ce discours amorce une véritable relance du processus de paix.
              
"Netanyahu va prononcer le discours de sa vie devant les deux chambres du Congrès", titrent les quotidiens Haaretz (gauche) et Maariv (populaire).
              
Selon le Haaretz, ce discours attendu lui "offre une occasion exceptionnelle de prouver qu'il est un vrai dirigeant" ayant une vision qui dépasse la politique politicienne.
              
Mais le journal, à l'instar des autres médias, se demande si le chef du gouvernement va présenter des idées vraiment nouvelles pour sortir le processus de paix de l'impasse.
              
Un éditorialiste du Haaretz qualifie même la rhétorique de M. Netanyahu de "bluff et de supercherie", estimant que son refus d'un Etat palestinien "basé sur les frontières de 1967", comme le réclame le président Barack Obama, masque une opposition viscérale à toute création d'un Etat palestinien.
              
Le quotidien à grand tirage Yédiot Aharonot affirme quant à lui que M. Netanyahu, tel Martin Luther King, "a fait un rêve", mais ajoute ironiquement: "Nous savons quel était le rêve de Martin Luther King. Nous ignorons de quoi est fait le rêve de Netanyahu".
              
Le Maariv, lui, s'attend à ce que le chef du gouvernement israélien lance un appel solennel au président de l'Autorité palestinien Mahmoud Abbas à revenir à la table des négociations, mais sans pour autant accepter un gel de la colonisation réclamé par les Palestiniens.
              
Ce quotidien relève que Benjamin Netanyahu "nourrit de grandes espérances sur la possibilité de convaincre par son discours des pays européens" de s'opposer à l'accord de réconciliation entre le mouvement islamiste Hamas et le mouvement Fatah de Mahmoud Abbas et à une reconnaissance par l'ONU d'un Etat palestinien en septembre prochain.
              
Citant son entourage, le quotidien anglophone Jerusalem Post (pro-gouvernemental), croit savoir que le Premier ministre va "ouvrir de nouvelles perspectives" dans son discours, sans préciser lesquelles.
              
M. Netanyahu a l'intention de "présenter une vision pour une paix israélo-palestinienne sécurisée" devant le Congrès quelques jours après un désaccord très public avec le président américain Barack Obama sur le processus de paix.
              
"Son discours sera la dernière occasion d'éteindre l'incendie entre Jérusalem et Washington", écrit l'éditorialiste d'Israël Hayom, quotidien proche du chef du gouvernement.
              

 

Première publication : 24/05/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Premier ministre israélien exclut tout retrait sur les frontières de 1967

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Réunion du Fatah et du Hamas au Caire pour former un gouvernement transitoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)