Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou va détailler son plan de paix devant le Congrès américain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2011

Le chef du gouvernement israélien va exposer son plan pour une "paix sécurisée" ce mardi à Washington après qu'Obama a jeté un froid sur les relations israélo-américaines en proposant la création d'un État palestinien sur les frontières de 1967.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait prononcer mardi le "discours de sa vie" devant le Congrès à Washington, prédisent certains éditorialistes en Israël, tandis que d'autres doutent que ce discours amorce une véritable relance du processus de paix.
              
"Netanyahu va prononcer le discours de sa vie devant les deux chambres du Congrès", titrent les quotidiens Haaretz (gauche) et Maariv (populaire).
              
Selon le Haaretz, ce discours attendu lui "offre une occasion exceptionnelle de prouver qu'il est un vrai dirigeant" ayant une vision qui dépasse la politique politicienne.
              
Mais le journal, à l'instar des autres médias, se demande si le chef du gouvernement va présenter des idées vraiment nouvelles pour sortir le processus de paix de l'impasse.
              
Un éditorialiste du Haaretz qualifie même la rhétorique de M. Netanyahu de "bluff et de supercherie", estimant que son refus d'un Etat palestinien "basé sur les frontières de 1967", comme le réclame le président Barack Obama, masque une opposition viscérale à toute création d'un Etat palestinien.
              
Le quotidien à grand tirage Yédiot Aharonot affirme quant à lui que M. Netanyahu, tel Martin Luther King, "a fait un rêve", mais ajoute ironiquement: "Nous savons quel était le rêve de Martin Luther King. Nous ignorons de quoi est fait le rêve de Netanyahu".
              
Le Maariv, lui, s'attend à ce que le chef du gouvernement israélien lance un appel solennel au président de l'Autorité palestinien Mahmoud Abbas à revenir à la table des négociations, mais sans pour autant accepter un gel de la colonisation réclamé par les Palestiniens.
              
Ce quotidien relève que Benjamin Netanyahu "nourrit de grandes espérances sur la possibilité de convaincre par son discours des pays européens" de s'opposer à l'accord de réconciliation entre le mouvement islamiste Hamas et le mouvement Fatah de Mahmoud Abbas et à une reconnaissance par l'ONU d'un Etat palestinien en septembre prochain.
              
Citant son entourage, le quotidien anglophone Jerusalem Post (pro-gouvernemental), croit savoir que le Premier ministre va "ouvrir de nouvelles perspectives" dans son discours, sans préciser lesquelles.
              
M. Netanyahu a l'intention de "présenter une vision pour une paix israélo-palestinienne sécurisée" devant le Congrès quelques jours après un désaccord très public avec le président américain Barack Obama sur le processus de paix.
              
"Son discours sera la dernière occasion d'éteindre l'incendie entre Jérusalem et Washington", écrit l'éditorialiste d'Israël Hayom, quotidien proche du chef du gouvernement.
              

 

Première publication : 24/05/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Premier ministre israélien exclut tout retrait sur les frontières de 1967

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Réunion du Fatah et du Hamas au Caire pour former un gouvernement transitoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)