Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

FRANCE

Le ministre de l'Intérieur suspend la suppression des panneaux signalant les radars

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

Face à la levée de bouclier des députés UMP sur la décision de retirer la signalisation des radars fixes, Claude Guéant a fait marche arrière, contredisant François Fillon, ce qui a suscité la satisfaction des frondeurs de la majorité.

AFP - Les députés UMP se targuaient mardi d'avoir remporté leur bras de fer avec le gouvernement sur la sécurité routière en obtenant un moratoire sur le démontage des panneaux signalant les radars fixes et le remplacement, à terme, de chaque panneau par un "radar pédagogique".

"36 panneaux ont déjà été démontés" à travers la France, "il n'y en aura pas un de plus avant concertation locale" avec les élus, a déclaré Claude Guéant lors de la réunion hebdomadaire des députés UMP.

"Il y aura toujours un radar pédagogique avant un radar fixe, mais il y aura aussi des radars pédagogiques qui ne seront pas suivis de radars fixes", a ajouté le ministre de l'Intérieur, sous les applaudissements. Ces radars, non pénalisants, calculent la vitesse et l'affichent sur des panneaux lumineux.

M. Guéant s'est aussi engagé à ce qu'aucune modification législative dans ce domaine ne soit plus décidée avant de connaître, dans plusieurs mois, les conclusions de la mission d'information parlementaire sur les causes des accidents de la route, actée mardi.

Un peu plus tôt, François Fillon avait pourtant maintenu la ligne de fermeté: "le gouvernement ne reviendra pas sur la fin de la signalisation systématique des radars".

"Je suggère que Guéant et Fillon se rencontrent pour harmoniser leurs positions", a ironisé Jean-Pierre Grand (villepiniste). "Fillon a dû manger son chapeau", affirmait un proche de Jean-François Copé.

Il n'y a "aucune divergence" entre les deux hommes sur la suppression des panneaux, a tenu à déclarer à l'AFP l'entourage de M. Guéant. Une précision intervenue après un coup de fil du Premier ministre à Claude Guéant, selon Matignon.

"L'arbitrage est là, le Premier ministre a été clair" et la signalisation ne sera plus "systématique", a martelé Matignon... au risque de souligner l'impression de désaccord. D'autant que, dans l'hémicycle, M. Fillon s'est montré glacial avec M. Guéant.

Sur France 2, en soirée, le ministre de l'Intérieur a paru plus nuancé, déclarant que les radars pédagogiques seraient implantés "de façon aléatoire", parfois à "plusieurs kilomètres en amont" des radars fixes. Il a précisé que la suspension du démontage des panneaux durerait "quelques jours et quelques jours seulement".

Un proche de Nicolas Sarkozy a lui estimé que les députés UMP ne devraient pas "crier victoire trop tôt". Lors du petit déjeuner de la majorité à l'Elysée, le chef de l'Etat avait réaffirmé sa fermeté sur les objectifs poursuivis -faire reculer le nombre de morts sur les routes- tout en ajoutant: "Pour le reste, je laisse Claude voir avec les députés...".

Quoi qu'il en soit, pour les élus UMP, qui ont fortement chahuté le gouvernement et François Fillon ces derniers jours, la messe est dite.

"La fronde est terminée", a aussitôt lancé Christian Vanneste. "Les annonces de Claude Guéant nous donnent entière satisfaction", a salué Philippe Meunier. "Le bon sens l'a emporté", a renchéri Jean-Marc Roubaud, pour qui il serait "très grave" que l'accord soit remis en cause.

Ces élus font partie des quelque 80 députés à avoir écrit la veille à M. Fillon pour lui dire "la profonde exaspération" de "milliers" de Français.

Le patron des députés UMP Christian Jacob, à l'origine du compromis trouvé, a lui estimé qu'il ne fallait pas parler de "victoire" des uns ou de "défaite" des autres, tout en lâchant: "L'efficacité, c'est celle d'un groupe parlementaire qui s'est mobilisé, qui a fait des propositions qui ont été retenues par le gouvernement".

La Ligue contre la violence routière s'est inquiétée de cette "volte-face" qui "risque de rendre impossible l'objectif de Nicolas Sarkozy d'avoir moins de 3.000 morts sur les routes en 2012".

Première publication : 25/05/2011

  • FRANCE

    Les députés UMP se rebiffent contre la suppression des panneaux signalant des radars

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après l'échec des cantonales, l'UMP sous tensions

    En savoir plus

  • "Et si on organisait un débat sur l'identité de l'UMP?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)