Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

FRANCE

Le ministre de l'Intérieur suspend la suppression des panneaux signalant les radars

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

Face à la levée de bouclier des députés UMP sur la décision de retirer la signalisation des radars fixes, Claude Guéant a fait marche arrière, contredisant François Fillon, ce qui a suscité la satisfaction des frondeurs de la majorité.

AFP - Les députés UMP se targuaient mardi d'avoir remporté leur bras de fer avec le gouvernement sur la sécurité routière en obtenant un moratoire sur le démontage des panneaux signalant les radars fixes et le remplacement, à terme, de chaque panneau par un "radar pédagogique".

"36 panneaux ont déjà été démontés" à travers la France, "il n'y en aura pas un de plus avant concertation locale" avec les élus, a déclaré Claude Guéant lors de la réunion hebdomadaire des députés UMP.

"Il y aura toujours un radar pédagogique avant un radar fixe, mais il y aura aussi des radars pédagogiques qui ne seront pas suivis de radars fixes", a ajouté le ministre de l'Intérieur, sous les applaudissements. Ces radars, non pénalisants, calculent la vitesse et l'affichent sur des panneaux lumineux.

M. Guéant s'est aussi engagé à ce qu'aucune modification législative dans ce domaine ne soit plus décidée avant de connaître, dans plusieurs mois, les conclusions de la mission d'information parlementaire sur les causes des accidents de la route, actée mardi.

Un peu plus tôt, François Fillon avait pourtant maintenu la ligne de fermeté: "le gouvernement ne reviendra pas sur la fin de la signalisation systématique des radars".

"Je suggère que Guéant et Fillon se rencontrent pour harmoniser leurs positions", a ironisé Jean-Pierre Grand (villepiniste). "Fillon a dû manger son chapeau", affirmait un proche de Jean-François Copé.

Il n'y a "aucune divergence" entre les deux hommes sur la suppression des panneaux, a tenu à déclarer à l'AFP l'entourage de M. Guéant. Une précision intervenue après un coup de fil du Premier ministre à Claude Guéant, selon Matignon.

"L'arbitrage est là, le Premier ministre a été clair" et la signalisation ne sera plus "systématique", a martelé Matignon... au risque de souligner l'impression de désaccord. D'autant que, dans l'hémicycle, M. Fillon s'est montré glacial avec M. Guéant.

Sur France 2, en soirée, le ministre de l'Intérieur a paru plus nuancé, déclarant que les radars pédagogiques seraient implantés "de façon aléatoire", parfois à "plusieurs kilomètres en amont" des radars fixes. Il a précisé que la suspension du démontage des panneaux durerait "quelques jours et quelques jours seulement".

Un proche de Nicolas Sarkozy a lui estimé que les députés UMP ne devraient pas "crier victoire trop tôt". Lors du petit déjeuner de la majorité à l'Elysée, le chef de l'Etat avait réaffirmé sa fermeté sur les objectifs poursuivis -faire reculer le nombre de morts sur les routes- tout en ajoutant: "Pour le reste, je laisse Claude voir avec les députés...".

Quoi qu'il en soit, pour les élus UMP, qui ont fortement chahuté le gouvernement et François Fillon ces derniers jours, la messe est dite.

"La fronde est terminée", a aussitôt lancé Christian Vanneste. "Les annonces de Claude Guéant nous donnent entière satisfaction", a salué Philippe Meunier. "Le bon sens l'a emporté", a renchéri Jean-Marc Roubaud, pour qui il serait "très grave" que l'accord soit remis en cause.

Ces élus font partie des quelque 80 députés à avoir écrit la veille à M. Fillon pour lui dire "la profonde exaspération" de "milliers" de Français.

Le patron des députés UMP Christian Jacob, à l'origine du compromis trouvé, a lui estimé qu'il ne fallait pas parler de "victoire" des uns ou de "défaite" des autres, tout en lâchant: "L'efficacité, c'est celle d'un groupe parlementaire qui s'est mobilisé, qui a fait des propositions qui ont été retenues par le gouvernement".

La Ligue contre la violence routière s'est inquiétée de cette "volte-face" qui "risque de rendre impossible l'objectif de Nicolas Sarkozy d'avoir moins de 3.000 morts sur les routes en 2012".

Première publication : 25/05/2011

  • FRANCE

    Les députés UMP se rebiffent contre la suppression des panneaux signalant des radars

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après l'échec des cantonales, l'UMP sous tensions

    En savoir plus

  • "Et si on organisait un débat sur l'identité de l'UMP?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)