Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

FRANCE

Le ministre de l'Intérieur suspend la suppression des panneaux signalant les radars

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

Face à la levée de bouclier des députés UMP sur la décision de retirer la signalisation des radars fixes, Claude Guéant a fait marche arrière, contredisant François Fillon, ce qui a suscité la satisfaction des frondeurs de la majorité.

AFP - Les députés UMP se targuaient mardi d'avoir remporté leur bras de fer avec le gouvernement sur la sécurité routière en obtenant un moratoire sur le démontage des panneaux signalant les radars fixes et le remplacement, à terme, de chaque panneau par un "radar pédagogique".

"36 panneaux ont déjà été démontés" à travers la France, "il n'y en aura pas un de plus avant concertation locale" avec les élus, a déclaré Claude Guéant lors de la réunion hebdomadaire des députés UMP.

"Il y aura toujours un radar pédagogique avant un radar fixe, mais il y aura aussi des radars pédagogiques qui ne seront pas suivis de radars fixes", a ajouté le ministre de l'Intérieur, sous les applaudissements. Ces radars, non pénalisants, calculent la vitesse et l'affichent sur des panneaux lumineux.

M. Guéant s'est aussi engagé à ce qu'aucune modification législative dans ce domaine ne soit plus décidée avant de connaître, dans plusieurs mois, les conclusions de la mission d'information parlementaire sur les causes des accidents de la route, actée mardi.

Un peu plus tôt, François Fillon avait pourtant maintenu la ligne de fermeté: "le gouvernement ne reviendra pas sur la fin de la signalisation systématique des radars".

"Je suggère que Guéant et Fillon se rencontrent pour harmoniser leurs positions", a ironisé Jean-Pierre Grand (villepiniste). "Fillon a dû manger son chapeau", affirmait un proche de Jean-François Copé.

Il n'y a "aucune divergence" entre les deux hommes sur la suppression des panneaux, a tenu à déclarer à l'AFP l'entourage de M. Guéant. Une précision intervenue après un coup de fil du Premier ministre à Claude Guéant, selon Matignon.

"L'arbitrage est là, le Premier ministre a été clair" et la signalisation ne sera plus "systématique", a martelé Matignon... au risque de souligner l'impression de désaccord. D'autant que, dans l'hémicycle, M. Fillon s'est montré glacial avec M. Guéant.

Sur France 2, en soirée, le ministre de l'Intérieur a paru plus nuancé, déclarant que les radars pédagogiques seraient implantés "de façon aléatoire", parfois à "plusieurs kilomètres en amont" des radars fixes. Il a précisé que la suspension du démontage des panneaux durerait "quelques jours et quelques jours seulement".

Un proche de Nicolas Sarkozy a lui estimé que les députés UMP ne devraient pas "crier victoire trop tôt". Lors du petit déjeuner de la majorité à l'Elysée, le chef de l'Etat avait réaffirmé sa fermeté sur les objectifs poursuivis -faire reculer le nombre de morts sur les routes- tout en ajoutant: "Pour le reste, je laisse Claude voir avec les députés...".

Quoi qu'il en soit, pour les élus UMP, qui ont fortement chahuté le gouvernement et François Fillon ces derniers jours, la messe est dite.

"La fronde est terminée", a aussitôt lancé Christian Vanneste. "Les annonces de Claude Guéant nous donnent entière satisfaction", a salué Philippe Meunier. "Le bon sens l'a emporté", a renchéri Jean-Marc Roubaud, pour qui il serait "très grave" que l'accord soit remis en cause.

Ces élus font partie des quelque 80 députés à avoir écrit la veille à M. Fillon pour lui dire "la profonde exaspération" de "milliers" de Français.

Le patron des députés UMP Christian Jacob, à l'origine du compromis trouvé, a lui estimé qu'il ne fallait pas parler de "victoire" des uns ou de "défaite" des autres, tout en lâchant: "L'efficacité, c'est celle d'un groupe parlementaire qui s'est mobilisé, qui a fait des propositions qui ont été retenues par le gouvernement".

La Ligue contre la violence routière s'est inquiétée de cette "volte-face" qui "risque de rendre impossible l'objectif de Nicolas Sarkozy d'avoir moins de 3.000 morts sur les routes en 2012".

Première publication : 25/05/2011

  • FRANCE

    Les députés UMP se rebiffent contre la suppression des panneaux signalant des radars

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après l'échec des cantonales, l'UMP sous tensions

    En savoir plus

  • "Et si on organisait un débat sur l'identité de l'UMP?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)