Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

FRANCE

Une enquête préliminaire pour harcèlement sexuel ouverte contre Georges Tron

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

Le parquet d'Évry a confirmé qu'une enquête préliminaire visant Georges Tron avait été ouverte. Le secrétaire d'État à la Fonction publique et maire UMP de Draveil (Essonne) est accusé de harcèlement sexuel par deux ex-employées de la municipalité.

REUTERS - Une enquête préliminaire a été ouverte mercredi à la suite de la plainte pour harcèlement sexuel déposée contre le secrétaire d'Etat français à la Fonction publique Georges Tron, a annoncé le parquet.
 
Si les faits reprochés à Georges Tron étaient finalement avérés, le secrétaire d'Etat pourrait s'exposer à des poursuites pour agression sexuelle et viol, a précisé le procureur de la République d'Evry (Essonne).

"Si les faits décrits dans la plainte devaient être avérés, ils pourraient être qualifiés d'agression sexuelle et de viol", a dit Marie-Suzanne Le Queau à Reuters.
 
L'enquête a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire dans un climat marqué en France par l'inculpation à New York de l'ancien directeur du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol.
 
Le secrétaire d'Etat avait auparavant fait savoir par son avocat qu'il porterait plainte contre ses accusatrices pour dénonciation calomnieuse.
 
Les deux femmes ont porté plainte en début de semaine contre Georges Tron, qui est aussi maire de Draveil (Essonne) et qu'elles accusent de les avoir agressées à plusieurs reprises entre 2007 et 2010 dans le cadre de leur travail à la mairie.
 
La plainte, qui vise aussi une proche de Georges Tron, a été d'abord envoyée par courrier lundi au procureur d'Evry puis réitérée physiquement mercredi, a déclaré leur avocat, Gilbert Collard.
 
Olivier Schnerb, le défenseur de Georges Tron, a qualifié de "pure calomnie" les accusations de harcèlement sexuel portées contre par les deux ex-employées municipales de Draveil.

"J'ai informé le Premier ministre", a déclaré à Reuters Georges Tron. Il a ajouté disposer d'"éléments écrits" contre ses accusatrices, précisant qu'elles avaient été "licenciées" de la mairie, mais s'est refusé à tout autre commentaire.

Dans Le Parisien de mercredi, l'élu évoque une "vengeance personnelle" des deux femmes et ajoute qu'elles "gravitent dans un milieu d'extrême droite".
 
Son avocat, Olivier Schnerb, a annoncé que son client riposterait par une plainte pour dénonciation calomnieuse.

"IL FAUT QUE LES VICTIMES PARLENT"
 
"Il s'agit d'une succession d'assertions fausses qui relèvent de la plus pure calomnie", a-t-il dit.
 
"On a les dossiers des deux dames. L'une est partie parce qu'elle a détourné l'argent de la régie (municipale-NDLR). L'autre parce qu'elle a eu une attitude inappropriée lors d'une réunion publique où elle s'est donnée en spectacle", a-t-il ajouté.
 
Gilbert Collard a répondu que le fait d'avoir éventuellement des liens avec l'extrême droite n'enlevait rien au sérieux des accusations portées par ses clientes. "On peut harceler sexuellement des gens d'extrême droite", a-t-il dit.

Les deux plaignantes accusent Georges Tron de plusieurs agressions entre 2007 et 2010 sous couvert de réflexologie, une médecine non conventionnelle basée sur le massage des pieds.

Elles admettent que l'affaire Strauss-Kahn les a incitées à porter plainte contre Georges Tron.
 
"Avec l'affaire DSK, quand je vois qu'une petite femme de chambre est capable de faire le nécessaire contre quelqu'un de très puissant, je me dis que moi, aujourd'hui, je suis capable de le faire, qu'en France, on a quand même une justice", a dit l'une d'elles sur RTL.
 
"Donc, il faut faire les choses et qu'aujourd'hui les victimes parlent", a-t-elle ajouté.

Première publication : 25/05/2011

  • FRANCE

    Georges Tron visé par une plainte pour harcèlement sexuel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)