Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Barack Obama admet que les frappes en Libye ont un impact "limité"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

En visite à Londres, où il rencontre le Premier ministre britannique David Cameron, le président américain Barack Obama a reconnu que les frappes aériennes menées par la coalition en Libye avaient un "impact limité".

AFP - Le président américain Barack Obama a reconnu mercredi "les limites inhérentes aux frappes aériennes" en Libye, ajoutant qu'un "processus lent, continu" finirait par pousser le colonel Mouammar Kadhafi à quitter le pouvoir.
              
Lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre britannique David Cameron, le président américain en visite d'Etat à Londres a expliqué que "dès lors que vous excluez le recours aux forces au sol, vous êtes confrontés à des limites inhérentes aux opérations aériennes".
              
Il a démonté la "perception fausse selon laquelle il y aurait tout un tas d'équipements aériens super efficaces stockés quelque part, qu'il suffirait de déployer pour résoudre immédiatement la situation en Libye".
              
"Au bout du compte, cela va être un processus lent, continu", a prédit le président américain. "Je veux dire que l'opposition libyenne qui est sur le terrain devra prendre ses responsabilités, et nous devrons engager une coordination réelle" avec elle, a poursuivi le président.
              
"Nous continuerons ces frappes jusqu'à ce que les attaques de Kadhafi contre les populations civiles cessent", a souligné Barack Obama. "Le temps travaille contre Kadhafi, il doit quitter le pouvoir et laisser la Libye au peuple libyen", a assuré le président américain.
              
"Il est impossible d'imaginer un futur pour la Libye avec Kadhafi au pouvoir, il doit partir", a renchéri M. Cameron.
              
Le Premier ministre britannique n'a pas confirmé l'envoi d'hélicoptères britanniques en Libye à propos duquel il était interrogé, se bornant à dire "le président Obama et moi-même pensons qu'il faut accroître la pression en Libye."
              
"Je pense que le régime est sous pression. Cela se voit dans le fait que les rebelles ont réussi à libérer une bonne partie de Misrata", a ajouté M. Cameron.
              
"Nous devons accroître la pression, et du côté britannique, nous allons envisager toutes les options en ce sens, dans le cadre de la résolution 1973 des Nations unies".
 

Première publication : 25/05/2011

  • ROYAUME-UNI

    Obama et Cameron se rencontrent à Londres pour préparer le G8

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    En visite à Londres, Obama loue une relation anglo-américaine "fondamentale"

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Barack Obama en visite d'État à Londres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)