Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Les restes du vol AH5017 d’Air Algérie retrouvés dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

EUROPE

Barack Obama admet que les frappes en Libye ont un impact "limité"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2011

En visite à Londres, où il rencontre le Premier ministre britannique David Cameron, le président américain Barack Obama a reconnu que les frappes aériennes menées par la coalition en Libye avaient un "impact limité".

AFP - Le président américain Barack Obama a reconnu mercredi "les limites inhérentes aux frappes aériennes" en Libye, ajoutant qu'un "processus lent, continu" finirait par pousser le colonel Mouammar Kadhafi à quitter le pouvoir.
              
Lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre britannique David Cameron, le président américain en visite d'Etat à Londres a expliqué que "dès lors que vous excluez le recours aux forces au sol, vous êtes confrontés à des limites inhérentes aux opérations aériennes".
              
Il a démonté la "perception fausse selon laquelle il y aurait tout un tas d'équipements aériens super efficaces stockés quelque part, qu'il suffirait de déployer pour résoudre immédiatement la situation en Libye".
              
"Au bout du compte, cela va être un processus lent, continu", a prédit le président américain. "Je veux dire que l'opposition libyenne qui est sur le terrain devra prendre ses responsabilités, et nous devrons engager une coordination réelle" avec elle, a poursuivi le président.
              
"Nous continuerons ces frappes jusqu'à ce que les attaques de Kadhafi contre les populations civiles cessent", a souligné Barack Obama. "Le temps travaille contre Kadhafi, il doit quitter le pouvoir et laisser la Libye au peuple libyen", a assuré le président américain.
              
"Il est impossible d'imaginer un futur pour la Libye avec Kadhafi au pouvoir, il doit partir", a renchéri M. Cameron.
              
Le Premier ministre britannique n'a pas confirmé l'envoi d'hélicoptères britanniques en Libye à propos duquel il était interrogé, se bornant à dire "le président Obama et moi-même pensons qu'il faut accroître la pression en Libye."
              
"Je pense que le régime est sous pression. Cela se voit dans le fait que les rebelles ont réussi à libérer une bonne partie de Misrata", a ajouté M. Cameron.
              
"Nous devons accroître la pression, et du côté britannique, nous allons envisager toutes les options en ce sens, dans le cadre de la résolution 1973 des Nations unies".
 

Première publication : 25/05/2011

  • ROYAUME-UNI

    Obama et Cameron se rencontrent à Londres pour préparer le G8

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    En visite à Londres, Obama loue une relation anglo-américaine "fondamentale"

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Barack Obama en visite d'État à Londres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)