Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un attentat revendiqué par les Taliban provoque la mort de dizaines de personnes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/05/2011

Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées par l'explosion d'une voiture piégée près d'un poste de police de la ville de Hangu, dans le nord-ouest du Pakistan. L'attaque a été revendiquée par les Taliban.

AFP - Un kamikaze au volant d'une voiture piégée qui visait un poste de police a tué au moins 27 personnes jeudi dans le nord-ouest du Pakistan, les talibans alliés à Al-Qaïda revendiquant immédiatement leur cinquième attaque pour venger la mort d'Oussama ben Laden.


"Le kamikaze voulait atteindre le poste de police mais il a déclenché sa bombe à une barrière toute proche", a indiqué à l'AFP Masood Khan Afridi, chef adjoint de la police de Hangu, où a été perpétrée l'attaque, une ville aux portes des zones tribales, bastion des talibans.

Al-Qaïda dans le monde

Selon Shahibzada Mohammad Anis, responsable administratif du district, 27 personnes ont été tuées et 53 blessées.

"La plupart des victimes sont des policiers et le bilan va probablement s'alourdir car il y a des bureaux et les résidences d'officiers de police ainsi que des administrations dans la zone de l'attentat", a ajouté Fazal Naeem, le chef de la police de la région.

L'explosion a creusé un cratère de 3 mètres de diamètre et 2,50 mètres de profondeur, a assuré un officier de police, Latif Khan, ajoutant que les démineurs avaient estimé la charge à 450 kg d'explosifs.

"Les gens criaient et appelaient à l'aide. J'ai vu des flaques de sang", a raconté à l'AFP un témoin, Haji Abdul Rehman. "Des gens ont sorti les corps d'une femme et d'un homme des décombres d'un hôtel voisin".

"Nous revendiquons ce petit attentat pour venger le martyre d'Oussama", a déclaré à l'AFP Ehsanullah Ehsan, porte-parole du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP).

"Vous allez bientôt voir des attaques plus importantes, on ne peut pas venger Oussama seulement comme cela", a-t-il promis.

Les talibans pakistanais ont juré, le jour même de la mort du chef d'Al-Qaïda le 2 mai, d'intensifier leur campagne d'attentats qui a déjà fait près de 4.400 morts en moins de quatre ans dans ce pays allié à Washington dans sa "guerre contre le terrorisme".

Ils avaient notamment promis de s'attaquer aux forces de sécurité, accusant Islamabad et son armée de complicité dans le raid américain fatal à Ben Laden.

C'est la cinquième attaque qu'ils revendiquent pour venger le chef d'Al-Qaïda, et la quatrième en une semaine.

Mercredi, un kamikaze au volant d'une camionnette piégée avait entièrement détruit un commissariat de trois étages, tuant huit policiers et un soldat à Peshawar, la principale ville du nord-ouest.

Dans la nuit de dimanche à lundi, quatre à six kamikazes du TTP avaient tué 10 militaires et détruit deux avions dans l'attaque d'une base aéronavale de l'armée à Karachi (sud), la capitale économique du Pakistan.

Le TTP avait également revendiqué un double attentat suicide le 13 mai devant un centre d'entraînement de la police à Shabqadar (nord-ouest), qui avait fait 98 morts, essentiellement des cadets de la police.

Et vendredi, les talibans avaient fait exploser une bombe au passage des voitures de diplomates du consulat des Etats-Unis à Peshawar, tuant un passant et blessant très légèrement deux Américains. Il s'agissait du premier attentat visant directement les Etats-Unis, là aussi en représailles à l'élimination du chef d'Al-Qaïda.

Cette série d'attaques rapprochées a humilié les forces de sécurité et réveillé les craintes concernant la sécurité des armes nucléaires pakistanaises. Même si les Etats-Unis eux-mêmes ont reconnu par le passé que la sécurité de l'arsenal pakistanais était aux normes internationales.

Le Pakistan, allié-clé de Washington dans sa "guerre contre le terrorisme" depuis fin 2001, est aussi le pays qui paye l'un des plus lourds tributs à Al-Qaïda.

Quelque 480 attentats --suicide pour la plupart-- ont tué près de 4.400 personnes dans tout le pays depuis l'été 2007 quand, à l'unisson de Ben Laden en personne, les talibans pakistanais avaient décrété le jihad contre Islamabad et ses forces de sécurité pour leur soutien à Washington.

 

Première publication : 26/05/2011

  • PAKISTAN

    À la demande d'Islamabad, Washington réduit sa présence militaire

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'armée reprend le contrôle d'une base militaire de Karachi attaquée par les Taliban

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Les Taliban revendiquent l'attaque d'une base militaire à Karachi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)