Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Angela Merkel est à Kiev, le convoi russe a quitté l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

EUROPE

Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

Vidéo par Benoît PERROCHAIS

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 26/05/2011

Ratko Mladic, inculpé par le TPIY pour son rôle pendant la guerre de Bosnie (1992-1995), a été arrêté ce jeudi en Serbie. Portrait d'un criminel surnommé le "boucher des Balkans", responsable du massacre de milliers de Bosniaques.

"Il y en a tellement. Ça va être une immense fête. Vous allez avoir du sang jusqu’aux genoux", se serait exclamé le général serbe Ratko Mladic en observant les dizaines de milliers de Bosniaques traqués dans la ville de Srebrenica, en Bosnie-Herzégovine, le 12 juillet 1995.

Perché sur son cheval, le général jubilait déjà à l’idée du massacre, selon la déposition d’un témoin reprise par le journaliste américain Robert Block dans son article "La folie du général Mladic", publié en 1995 dans la New York Review of books
 
"c'est un travail qui a duré plusieurs années"
Durant l’été 1995, Ratko Mladic a consciencieusement orchestré l’élimination de quelque 8 000 hommes et adolescents à Srebrenica, dans l'est de la Bosnie, perpétrant le massacre le plus sanglant sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale.
 
La même année, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) l’inculpait pour génocide et crimes de guerre durant le siège de Sarajevo de 1992 à 1995. En cavale depuis 1995, sa famille l’a déclaré mort en juin 2010, arguant n’avoir aucune nouvelle de lui depuis 2003.
 
Il était en fait bien vivant. Radko Mladic, ancien dirigeant militaire des Serbes de Bosnie recherché depuis plus de 10 ans, a été arrêté ce jeudi en Serbie. Le lieu précis de l'arrestation n'a pas été révélé par les autorités serbes.
 
Un boucher légendaire
 
Enfant, Radko Mladic voulait devenir chirurgien. C’est finalement en tant que "boucher" qu’il est devenu célèbre. Né le 12 mars 1942 dans la commune de Kalinovki, en Bosnie-Herzégovine, Mladic s’est orienté très jeune vers une carrière militaire. Diplômé de l’académie militaire de Yougoslavie, il s’est vite fait remarquer pour son ardeur au combat.
 
Le massacre de Srebrenica

En juillet 1995, l’armée de la République serbe de Bosnie, commandée par le général Ratko Mladic, entre dans l’enclave musulmane de Srebrenica, pourtant considérée comme "zone de sécurité" de l’ONU. Exactions, viols, assassinats…

En quelques jours, les hommes de Mladic massacrent plus de 8 000 hommes et adolescents alors que 400 Casques bleus patrouillent dans la région. Les victimes sont principalement des hommes. Les femmes et les enfants ont été évacués en bus. On compte néanmoins quelques enfants et plusieurs dizaines de jeunes filles parmi les victimes.

Ce nettoyage ethnique est considéré comme le pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2004, il est qualifié de génocide par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

D’abord commandant de l’armée populaire yougoslave, il prend rapidement du galon après avoir écrasé des milices croates en 1991, alors que commence la guerre de sécession qui embrasera les Balkans pour les dix années à venir. Fort de ce premier succès, il est transféré en 1992 vers la toute nouvelle Armée de la République serbe de Bosnie-Herzégovine, qu’il dirige jusqu’en 1996. C’est là que sa légende se construit.
 
Radovan Karadzic, alors dirigeant politique des Serbes de Bosnie, le propulse à la tête des brigades chargées de l’épuration ethnique de la Bosnie. Se sentant investi d’une sorte de mission, Mladic met une réelle détermination et application à exterminer les Croates et les musulmans.
 
Certains le disent en quête d'une revanche : son père, partisan de Tito, aurait été tué en 1945 par un Croate pro-nazi. D’autres le voit en tueur paranoïaque et xénophobe considèrant ses ennemis comme des êtres inférieurs au service de puissances étrangères qui souhaitent l’élimination des Serbes. Il en va donc de la survie de son espèce.
 
Robert Block qualifie Mladic de génocidaire méthodique et contemplatif. Pendant le massacre de Srebrenica, il le décrit "au volant de sa Ford rouge, regardant, les hommes bosniaques emmenés deux par deux à l’arrière d’un camion et fusillés sommairement".
 
"Mladic est un expert dans l’art de prendre une pose apparemment benoîte tout en planifiant des mises à mort", continue Robert Block.
 
Cet homme de petite taille en impose par son charisme. Héros idolâtré par les Serbes de Bosnie et par ses troupes qui voit en lui un prince guerrier, son peuple l’admire pour son honnêteté et son intégrité, estime Robert Block. Dans un contexte de corruption très marqué, Mladic se contente d’une maison modeste à Belgrade et n’hésite pas à dormir sur des lits de camps ou en rase campagne avec ses troupes en Bosnie.  
 
Guerrier jusque-boutiste

Alors que l’Europe découvre l’horreur sur ses propres terres après plus de deux ans de guerre et brandit la menace de bombardements de l’Otan, Mladic écarte la possibilité d’une intervention militaire internationale. En 1994, malgré les conseils de Slobodan Milosevic qui sent le vent tourner, Radko Mladic veut continuer la guerre à tout prix.
 
"Refuser le plan de paix et poursuivre la guerre". C’est en ces termes que le chef militaire implacable justifie, dans ses carnets retrouvés en 2010, son refus jusqu’au-boutiste de négocier avec la communauté internationale. L’Otan intervient finalement en 1995 et les accords de paix de Dayton sont signés en l’absence de Karadzic et Mladic, déjà en fuite.
 
Radovan Karadžić a été arrêté en juillet 2008 à Belgrade. La cavale de Mladic vient à peine de prendre fin. Il devrait être transféré dans les plus brefs délais devant le TPIY.
 

 

 

Première publication : 26/05/2011

  • GUERRE DE BOSNIE

    Les carnets de guerre du général Mladic

    En savoir plus

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)