Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

L'ancien général serbe Ratko Mladic a été arrêté

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/05/2011

Le président serbe a confirmé l'arrestation de l'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic. Ce dernier est en cours d'extradition vers La Haye selon Boris Tadic, pour y être jugé pour génocide et crimes de guerre par le TPIY.

AFP - Le président serbe, Boris Tadic, a annoncé jeudi l'arrestation de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, le général Ratko Mladic, l'homme le plus recherché en Europe par la justice internationale, mettant fin à une cavale de près de seize ans, qui va dégager la voie européenne de la Serbie.

"Aujourd'hui tôt dans la matinée, Ratko Mladic a été arrêté sur le territoire de la Serbie", a annoncé le président Tadic sans autres précisions.

"un black-out presque total sur toutes les informations"

La radio et télévision serbe B92 croit savoir que Ratko Mladic a été arrêté à Lazarevo, une petite localité du Nord-Est de la Serbie, située non loin de la frontière de la Roumanie et à une centaine de kilomètres de Belgrade.

"Le processus d'extradition est en cours", vers la Haye, où siège le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui a inculpé Ratko Mladic de génocide pour son rôle pendant la guerre de Bosnie (1992-1995), a poursuivi M. Tadic.

Ratko Mladic doit répondre aussi de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité pour son rôle pendant la guerre inter-communautaire de Bosnie et en particulier pour le massacre d'environ 8.000 hommes et adolescents musulmans bosniens par les forces des Serbes de Bosnie, à Srebrenica, en juillet 1995.

La justice internationale lui reproche également son rôle dans le siège de Sarajevo pendant la guerre.

Le massacre de Srebrenica

En juillet 1995, l’armée de la République serbe de Bosnie, commandée par le général Ratko Mladic, entre dans l’enclave musulmane de Srebrenica, pourtant considérée comme "zone de sécurité" de l’ONU. Exactions, viols, assassinats…

En quelques jours, les hommes de Mladic massacrent plus de 8 000 hommes et adolescents alors que 400 Casques bleus patrouillent dans la région. Les victimes sont principalement des hommes. Les femmes et les enfants ont été évacués en bus. On compte néanmoins quelques enfants et plusieurs dizaines de jeunes filles parmi les victimes.

Ce nettoyage ethnique est considéré comme le pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2004, il est qualifié de génocide par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

Son arrestation constitue "le résultat d'une pleine coopération de la Serbie avec le tribunal de La Haye. Aujourd'hui, nous fermons un chapitre de l'histoire de notre région qui nous mènera vers une pleine réconciliation" régionale, a-t-il ajouté.

"En arrêtant Mladic, la Serbie se confronte à son passé. Justice est rendue", a déclaré pour sa part à l'AFP Bruno Vekaric, le porte-parole du Procureur serbe pour les crimes de guerre.

"Les victimes attendaient ce moment depuis trop longtemps. La Serbie a rempli ses obligations morales envers les victimes et leurs familles", a ajouté le porte-parole.

Le président Tadic a toutefois indiqué que l'arrestation de Ratko Mladic ne "mettait pas fin à l'enquête de la Serbie sur qui a aidé Ratko Mladic pendant sa cavale. A-t-il bénéficié de l'aide de structures de l'Etat?".

L'annonce de l'arrestation de Ratko Mladic a été aussitôt saluée en Bosnie et à l'étranger.

Cet événement est un "soulagement" pour les familles de victimes du massacre de Srebrenica, a dit à l'AFP la présidente d'une association locale.

"Après seize ans d'attente, pour nous, les familles de victimes, c'est un soulagement", a souligné Hajra Catic, présidente de l'association "Femmes de Srebrenica".

Les principales personnalités des guerres des années 90 dans l'ex-Yougoslavie et recherchées par le TPIY sont désormais arrêtées.

PORTRAIT DE RATKO MLADIC
L'arrestation de Ratko Mladic intervient un peu moins de trois ans après celle de l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, arrêté en juillet 2008 à Belgrade.

Seul reste en fuite un ancien responsable des Serbes de Croatie, Goran Hadzic.

Le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a salué l'arrestation de Ratko Mladic et demandé qu'il soit "transféré sans délai" devant le TPIY.

La capture de Ratko Mladic ne manquera pas de donner un élan considérable à la candidature européenne de la Serbie, qui espère le statut de candidat d'ici à la fin de l'année.


Première publication : 26/05/2011

  • GUERRE DE BOSNIE

    Les carnets de guerre du général Mladic

    En savoir plus

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE

    La Bosnie commémore le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)