Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Visite surprise d'Hillary Clinton au Pakistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2011

Près d'un mois après le raid contre Ben Laden, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a entamé vendredi une visite surprise à Islamabad. Les États-Unis souhaitent que le Pakistan coopère davantage dans la lutte contre le terrorisme.

AFP - Le chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton a assuré à nouveau vendredi le Pakistan du soutien de Washington après la crise provoquée par le raid américain qui a tué Oussama Ben Laden, tout en appelant Islamabad à faire des efforts "décisifs" dans la lutte contre le terrorisme.

Cette visite éclair est intervenue au moment où les talibans alliés à Al-Qaïda, qui ont juré de venger Ben Laden, ont multiplié ces derniers jours les attentats très meurtiers, Mme Clinton évoquant à ce propos un véritable "sacrifice" humain.

Un antiaméricanisme en pleine expansion au Pakistan

La secrétaire d'Etat, accompagnée par l'amiral Mike Mullen, chef d'état-major américain, a rencontré le président Asif Ali Zardari, le Premier ministre, Yousuf Raza Gilani, le général Ashfaq Kayani, patron de l'omnipotente armée et Ahmad Shuja Pasha, chef des services de renseignement (ISI).

Les relations entre Islamabad et Washington se sont tendues après qu'un commando américain héliporté clandestinement eut débusqué Ben Laden le 2 mai dans la ville-garnison d'Abbottabad, à une centaine de km au nord d'Islamabad.

Mais Mme Clinton a assuré vendredi qu'il n'y avait "absolument aucune preuve que quiconque au plus haut niveau du gouvernement pakistanais savait où vivait" le chef d'Al-Qaïda.

La secrétaire d'Etat a assuré qu'elle allait "s'engager de plus en plus" dans les relations avec le Pakistan.

"C'était une visite particulièrement importante parce que nous sommes parvenus à un tournant. Oussama Ben Laden est mort mais son organisation terroriste reste une menace importante pour nos deux pays", a-t-elle poursuivi.

Estimant que le Pakistan avait payé un très lourd tribut humain à la "guerre contre le terrorisme", elle a cependant insisté: "Nous reconnaissons tous les deux que l'on peut faire plus et que c'est urgent".

Le Pakistan peut notamment aider les Etats-Unis "en Afghanistan en empêchant les insurgés de mener la guerre depuis le territoire pakistanais", selon elle.

"Le temps n'est pas à la retraite ou aux récriminations. C'est le temps de l'action et d'une coordination plus étroite", a ajouté l'amiral Mullen.

"Le combat va et doit se poursuivre avec des armées pakistanaise et américaine agissant, coordonnant et dirigeant ensemble. Nous sommes allés trop loin et nous avons fait trop de sacrifices pour qu'il en soit autrement", a-t-il conclu.

Alors que le gouvernement pakistanais, faible et très impopulaire, fait face aux récriminations d'une opinion publique très majoritairement anti-américaine, Mme Clinton a d'autre part appelé à ne pas céder à ces sentiments.

"Le Pakistan devrait comprendre que l'anti-américanisme et les théories du complot n'aideront en rien à résoudre ses problèmes", a-t-elle dit.

Les Pakistanais reprochent au gouvernement et à l'armée non pas la mort de Ben Laden, mais le fait d'avoir laissé des soldats américains pénétrer clandestinement sur son territoire, effectuer leur mission et repartir sans déclencher de réaction.

Le cerveau des attentats du 11-Septembre a pu vivre en toute tranquillité plusieurs années dans cette ville-garnison, proche d'Islamabad. Certains accusent le Pakistan et son armée au mieux d'incompétence, au pire de complicité.

Les Pakistanais considèrent que les Etats-Unis, incapables d'éliminer Al-Qaïda en Afghanistan fin 2001, ont "importé" leur guerre au Pakistan en poussant Ben Laden et ses combattants, mais aussi les talibans afghans, à s'y réfugier. En retour, Washington accuse une frange de l'armée et du renseignement pakistanais de soutenir certains insurgés afghans.

"Nous attendons du gouvernement du Pakistan qu'il prenne des mesures décisives dans les jours qui viennent", a déclaré Mme Clinton.

Plus de 4.400 personnes ont été tuées dans 480 attentats depuis l'été 2007 quand, à l'unisson de Ben Laden en personne, les talibans ont décrété le jihad à Islamabad. Et ils ont revendiqué cinq attaques, dont deux extrêmement meurtrières ces derniers jours, pour venger le chef d'Al-Qaïda.

Première publication : 27/05/2011

  • PAKISTAN

    À la demande d'Islamabad, Washington réduit sa présence militaire

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'armée reprend le contrôle d'une base militaire de Karachi attaquée par les Taliban

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le Pakistan et les États-Unis affichent leur volonté de rétablir la confiance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)