Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

EUROPE

Ratko Mladic est "transférable" au Tribunal pénal de La Haye

Vidéo par Laurent ROUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2011

Le Tribunal serbe a décidé que l'ex-chef militaire Ratko Mladic, arrêté jeudi et détenu à Belgrade, était physiquement apte à suivre l'audience du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, qui l'accuse de génocide et de crimes de guerre.

AFP - Ratko Mladic, l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie arrêté jeudi après 16 ans de cavale, peut être transféré vers le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye pour répondre de génocide, a décidé vendredi une juge serbe.

"Nous attendons un procès juste."

"Il a été établi que le général Ratko Mladic était physiquement apte à suivre l'audience, il a refusé de recevoir l'acte d'accusation du TPIY et nous avons ensuite décidé que les conditions pour son transfèrement étaient remplies", a déclaré à la presse la juge Maja Kovacevic.

"Même s'il souffre de plusieurs maladies chroniques", un rapport médical a conclu qu'il peut être jugé, a-t-elle ajouté.

Son avocat Me Milos Saljic a indiqué qu'il interjettera appel lundi.

"La date et l'heure de l'extradition de Ratko Mladic au Tribunal de la Haye ne seront pas communiquées en raison de risques", a, pour sa part, déclaré vendredi aux journalistes le ministre chargé de la coopération avec le TPIY, Rasim Ljajic, cité par l'agence Tanjug.

Peu avant l'audience, le fils de Ratko Mladic, Darko, avait indiqué à la presse que son père se considérait comme "non coupable" et que son état de santé ne permettait pas son transfèrement devant la justice internationale.

Il a notamment mentionné un scanner montrant des hématomes cérébraux.

Sa famille réclame un examen médical par des médecins "indépendants", incluant des Russes et des Serbes, selon des sources judiciaires.

L'audition de Mladic, 69 ans, avait dû être interrompue jeudi car il "devait prendre un médicament", selon le Tribunal serbe pour les crimes de guerre.

Mladic était alors apparu jeudi, vieilli, affaibli et se déplaçant avec difficulté, n'ayant plus grand chose à voir avec le "boucher des Balkans" des années 1990.

Le massacre de Srebrenica

En juillet 1995, l’armée de la République serbe de Bosnie, commandée par le général Ratko Mladic, entre dans l’enclave musulmane de Srebrenica, pourtant considérée comme "zone de sécurité" de l’ONU. Exactions, viols, assassinats…

En quelques jours, les hommes de Mladic massacrent plus de 8 000 hommes et adolescents alors que 400 Casques bleus patrouillent dans la région. Les victimes sont principalement des hommes. Les femmes et les enfants ont été évacués en bus. On compte néanmoins quelques enfants et plusieurs dizaines de jeunes filles parmi les victimes.

Ce nettoyage ethnique est considéré comme le pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2004, il est qualifié de génocide par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).


Pour d'autres cependant, Ratko Mladic est parfaitement en mesure de communiquer.

"Il y a de la folie dans son regard", a déclaré une source proche du Tribunal pour les crimes de guerre, tout en soulignant qu'"il serait envoyé à la Haye même s'il est fou".

Ratko Mladic est inculpé de génocide par le TPIY pour son rôle lors du massacre de Srebrenica, le plus important en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. 8.000 hommes et adolescents musulmans de Bosnie furent tués par les forces serbes de Bosnie en juillet 1995.

Il devra aussi répondre de son inculpation pour le siège de Sarajevo, qualifié d'"enfer médiéval" par le TPIY.

Le procureur serbe pour crimes de guerre, Vladimir Vukcevic, a, toutefois, indiqué vendredi à la télévision B92 que Mladic affirmait qu'il n'avait tué personne.

"Ratko Mladic a indiqué hier: +Je n'ai pas tué. Tous ceux qui ont tué doivent répondre+", a déclaré M. Vukcevic.

"Il est d'accord avec moi sur le fait que tous ceux qui ont tué doivent être traduits devant la justice. C'est là que Ratko Mladic et moi sommes sur la même position", a-t-il ajouté.

En attendant une décision définitive sur son transfèrement vers La Haye, attendue la semaine prochaine, Ratko Mladic a pu recevoir des fraises dans sa cellule et avoir une télé comme il le demandait, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Ratko Mladic a également demandé à pouvoir visiter la tombe de sa fille Ana qui s'était suicidée en 1994.

Les premières précisions sur les circonstances de l'arrestation de Mladic, jeudi à l'aube à Lazarevo, village du nord-est de la Serbie, ont filtré vendredi.

Il se trouvait dans la maison de l'un de ses cousins, dans le village de Lazarevo (80 km au nord est de Belgrade) où il vivait depuis plusieurs années, selon le ministre de l'Intérieur serbe Ivica Dacic.

Les services étrangers n'ont pas participé à sa localisation et à son arrestation qui est le fruit "d'un travail laborieux de l'équipe serbe en charge de sa traque et de nos services de sécurité", a déclaré vendredi à l'agence Tanjug M. Vukcevic.

Selon les médias, Mladic était dans sa chambre en pyjama et n'a opposé aucune résistance.

Mladic échappait à la justice internationale depuis 16 ans.

"En ce moment nous faisons beaucoup d'analyse et dans les quelques prochains jours nous aurons une image complète sur ce qui s'est passé" pendant sa cavale, a indiqué le président serbe, Boris Tadic, dans une interview à la BBC.

Il a déclaré que l'enquête serait "élargie pour voir comment il avait créé son système de protection et s'il était possible que des personnes des anciennes forces armées ou de la police aient participé à sa protection".

Reportage chez les supporters de Ratko Mladic
L'arrestation de Mladic a été saluée comme une victoire pour la justice internationale par nombre des responsables du monde entier.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a toutefois souligné vendredi au Kosovo qu'il "reste beaucoup à faire" à la Serbie sur sa voie européenne.

La Russie a appelé à un procès "impartial".

Quelque 2.000 Serbes, notamment d'anciens militaires serbes de Bosnie et des jeunes, ont manifesté vendredi à Pale, près de Sarajevo, sans incidents contre l'arrestation de Mladic.

Le Parti radical (SRS, ultra-nationaliste) organisera une manifestation de protestation dimanche soir en Serbie.

L'arrestation de l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, en juillet 2008 à Belgrade, avait donné lieu quelques jours après à d'importants débordements.

Première publication : 27/05/2011

  • SERBIE

    Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

    En savoir plus

  • GUERRE DE BOSNIE

    Les carnets de guerre du général Mladic

    En savoir plus

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)