Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Alerte au concombre tueur en Europe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2011

Neuf décès en Allemagne seraient liés à une bactérie se propageant dans les légumes crus qui a notamment été détectée sur des concombres en Espagne. Trois cas suspects font l'objet d'investigations en France.

AFP - Trois nouveau décès soupçonnés d'être liés à la bactérie E.coli enterohémorragique (Eceh), qui continue à se propager en Allemagne, ont été annoncés samedi par les autorités sanitaires, portant le bilan à neuf victimes potentielles.

L'Institut Robert Koch (RKI), établissement fédéral chargé du contrôle sanitaire et de la lutte contre les maladies, qui tient le décompte officiel du nombre de malades et de victimes, n'a pas donné de nouveaux chiffres samedi.

Selon son décompte de vendredi, deux décès étaient directement imputables à la bactérie.

Quatre décès étaient déjà attribués par des institutions régionales à la bactéries, mais sans confirmation du RKI. Avec les trois décès annoncés samedi par le ministère de la Santé de Schleswig-Holstein (nord) et une clinique universitaire près de Hambourg, cela porte à neuf le nombre de victimes potentielles.

Les victimes recensées samedi sont trois femmes, deux octogénaires et une trentenaire. Au total, une seule des neuf victimes est un homme.

Les analyses pour établir avec certitude la cause des décès peuvent prendre quelques jours. A plusieurs reprises déjà, des décès imputés dans un premier temps aux troubles digestifs et rénaux graves causés par la bactérie se sont finalement révélé sans lien direct.

Par ailleurs, la clinique universitaire d'Eppendorf, à côté de Hambourg, où a été enregistré l'un des décès de samedi, a annoncé avoir mis en place un nouveau traitement pour les patients les plus sévèrement touchés.

"Il s'agit d'un anticorps qui doit mieux lutter contre les modifications neurologiques et les dommages infligés aux reins", a expliqué le professeur Rolf Stahl dans un communiqué, tout en reconnaissant qu'il ne saura "que dans quelque semaines si ce traitement est efficace".

Samedi soir, la France a annoncé avoir découvert trois cas suspects d'intoxication alimentaire, "en lien avec une épidémie en Allemagne", qui sont "en cours d'investigation".

Les autorités françaises ont ordonné le "retrait du marché" d'un lot de concombres jugés suspects, mais aucun des cas identifiés ne peut être reliés à ce lot, ont-elles assuré.

Vingt-cinq cas de contamination par l'Eceh ont été dénombrés en Suède, sept au Danemark, trois en Grande-Bretagne, deux en Autriche, un aux Pays-Bas et un en Suisse.

En Espagne, des échantillons issus des exploitations agricoles au sud du pays, d'où provenaient des concombre sur lesquels la bactérie avait été détectée, ont été envoyés à un laboratoire en Galice (nord-ouest) et de premiers résultats seront connus lundi.

A Bruxelles, la commission européenne a indiqué que les Allemands faisaient des tests pour voir si la contamination a eu lieu ailleurs sur la chaîne de distribution.

"On ne sait pas où la contamination a eu lieu, si cela a été sur les sites (espagnols) ou le long de la chaîne de distribution", a-t-il dit.

Propagée notamment par la consommation de légumes crus, l'E.coli enterohémorragique (Eceh) peut provoquer de simples diarrhées ou des diarrhées hémorragiques, jusqu'à des atteintes rénales sévères voire mortelles appelées syndrome hémolytique et urémique (SHU).

Première publication : 28/05/2011

  • OUGANDA

    Une jeune fille foudroyée par le virus Ebola

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Les images choc arrivent sur les paquets de cigarettes en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)