Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Moyen-orient

L’Égypte rouvre sa frontière avec Gaza à titre permanent

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2011

Les autorités égyptiennes ont rouvert à titre permanent le passage de Rafah en direction de Gaza, le seul contrôlé par Le Caire. Cette mesure, annoncée à la fin d'avril, a pour but d'alléger le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza.

AFP - L'Egypte a rouvert samedi à titre permanent sa frontière avec la bande de Gaza, autorisant pour la première fois depuis quatre ans la libre circulation des personnes.

La réouverture du point de passage de Rafah, le seul de l'enclave palestinienne qui ne soit pas contrôlé par Israël, annoncée mercredi par l'Egypte avait été favorablement accueillie par les Palestiniens mais critiquée par l'Etat hébreu.

Un autobus transportant une quinzaine de passagers de la bande de Gaza a franchi en début de matinée le poste-frontière pour se rendre en Egypte.

Deux ambulances transportant des malades l'ont également traversé en direction du territoire égyptien.

Après l'annonce fin avril par le chef de la diplomatie égyptienne Nabil al-Arabi de la prochaine réouverture à titre permanent du passage en vue d'alléger le blocus imposé par Israël à Gaza, l'agence officielle égyptienne MENA en a précisé les modalités mercredi.

Le point de passage sera ouvert tous les jours de 09H00 à 17H00 locales, à l'exception des vendredis et des jours fériés. La mesure concerne les personnes mais non les biens ou marchandises, selon une source de la sécurité égyptienne.

Les femmes palestiniennes de tout âge seront exemptées de visa, de même que les hommes âgés de moins de 18 ans ou de plus de 40 ans. L'exemption s'applique aussi aux Palestiniens voulant étudier en Egypte tant qu'ils ont une preuve de leur acceptation dans une université.

En revanche, les hommes âgés de 18 à 40 ans ont besoin d'une autorisation des services de sécurité égyptiens.

Selon la radio publique israélienne, près d'un millier de personnes devraient désormais emprunter quotidiennement le passage de Rafah dans les deux sens.

Malgré de précédents allègements, les Palestiniens de Gaza devaient toujours coordonner leur entrée en Egypte avec les services de sécurité ou prouver un besoin d'aide humanitaire.

L'annonce de cette réouverture avait été faite deux jours après le parrainage fin avril par l'Egypte d'un accord de réconciliation entre les frères ennemis palestiniens, Hamas et Fatah.

Depuis que le président égyptien Hosni Moubarak a cédé le pouvoir sous la pression de la rue le 11 février, les nouvelles autorités ont desserré l'étau sur le passage de Rafah, qui n'était auparavant ouvert que de manière exceptionnelle, quelques jours par mois, pour des raisons humanitaires.

Le régime déchu de M. Moubarak était régulièrement accusé de complicité de fait avec le blocus pour son refus de maintenir le terminal ouvert, une décision qu'il justifiait en invoquant la lutte contre les trafics.

De très nombreux tunnels ont en effet été creusés sous la frontière entre l'Egypte et Gaza pour faire passer toutes sortes de marchandises, y compris des armes.

Imposé en juin 2006 après l'enlèvement d'un soldat israélien, le blocus de Gaza a été considérablement renforcé après la prise de contrôle du territoire en juin 2007 par le Hamas. Israël l'a assoupli après d'intenses pressions internationales en 2010 mais il a maintenu un strict blocus maritime et l'interdiction des exportations.

Première publication : 28/05/2011

  • BANDE DE GAZA

    L’Égypte décide d’ouvrir sa frontière avec Gaza de façon quasi permanente

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La diplomatie égyptienne post-Moubarak fait aussi sa révolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)