Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy fait son retour en politique... sur Facebook

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Asie - pacifique

Hamid Karzaï lance un "dernier avertissement" à Washington après la mort de 14 civils

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/05/2011

Le chef de l'État afghan, Hamid Karzaï, a qualifié dimanche de "meurtre" la mort de quatorze civils afghans, dont une majorité d'enfants, lors d'une frappe aérienne américaine. Il adresse un "dernier avertissement" à la Maison Blanche.

AFP - Le président afghan Hamid Karzaï a qualifié dimanche de "grave erreur" et de "meurtre" la mort samedi de 14 civils dans une frappe aérienne américaine et a lancé "un dernier avertissement aux troupes et responsables américains", sommés de cesser leurs opérations "unilatérales".

Quatorze civils afghans, dont une majorité d'enfants, ont été tués samedi lorsque des hélicoptères, venus aider une position de l'Otan attaquée par des insurgés, ont tiré des roquettes sur deux maisons dans le Helmand, selon les autorités de cette province méridionale, bastion des talibans où la coalition a enregistré ses plus lourdes pertes depuis le début du conflit fin 2001.

"Il a été dit de façon répétée aux Etats-Unis et à l'Otan que leurs opérations unilatérales et inutiles causaient la mort d'Afghans innocents et (...) violaient les valeurs humaines et morales, mais il semble qu'ils n'écoutent pas", a déclaré M. Karzaï, cité dans un communiqué officiel.

Selon le communiqué, au ton inhabituellement virulent, "le président a qualifié cet incident de grave erreur et de meurtre d'enfants et de femmes afghans" et a "adressé un dernier avertissement aux troupes et responsables américains".

M. Karzaï a mis en cause "les troupes américaines" dans la mort de ces civils, alors que les autorités provinciales du Helmand n'avaient évoqué que des hélicoptères de l'Otan sans plus de détails.

Le chef de l'Etat afghan a précisé que dix enfants, deux femmes et deux hommes avaient été tués et que six civils avaient été blessés dans cette frappe.

Des images télévisées ont montré des hommes portant des cadavres d'enfants couverts de poussière et les présentant aux journalistes.

Le communiqué présidentiel n'évoque pas un deuxième événement survenu mercredi au Nouristan (nord-est) et rapporté samedi.

Le gouverneur de cette province montagneuse où la rébellion est bien implantée a indiqué que 18 civils et 20 policiers avaient été tués dans une frappe aérienne le 25 mai, lors d'intenses combats ayant opposé les forces afghanes et de l'Otan aux talibans qui menaçaient de s'emparer d'un district.

"Les policiers ont été tués par des tirs fratricides", a affirmé Jamalddin Badar, "les civils ont été tués parce qu'ils ont été confondus avec les talibans, vêtus d'habits civils et qui, à court de munitions, se sont réfugiés dans des habitations".

La Force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) a indiqué être "au courant" des allégations dans le Helmand et le Nouristan, et avoir envoyé une équipe d'enquêteurs, assurant que leurs conclusions seraient rendues publiques.

Les pertes civiles sont un sujet sensible en Afghanistan, où dix ans de présence militaire étrangère alimentent le ressentiment anti-occidental.

M. Karzaï, qui entretient des relations de plus en plus tendues avec ses alliés occidentaux, reproche régulièrement à l'Otan de faire des victimes civiles dans ses opérations et de les mener sans concertation avec l'armée afghane.

Samedi, il avait demandé à son ministre de la Défense de faire cesser les opérations menées "unilatéralement" par l'Otan et de transmettre aux forces afghanes le contrôle des raids nocturnes.

Il avait également demandé à ce que l'armée afghane mène ses propres opérations, de manière indépendante.

Un raid de l'Otan, qui avait tué quatre personnes présentées comme des civils par la population, avait déclenché deux jours de violentes manifestations, les 18 et 19 mai à Taloqan (nord-est), faisant 17 morts en deux jours.

Plus de 2.700 civils ont été tués en 2010, selon l'ONU qui attribue les trois quarts de ces décès aux insurgés.

Première publication : 29/05/2011

  • AFGHANISTAN

    Une attaque des Taliban provoque la mort de 36 personnes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un commandant de l'Otan réchappe à un attentat-suicide dans le nord du pays

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un attentat-suicide à l'hôpital militaire de Kaboul fait plusieurs morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)