Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Sports

Le Qatari Bin Hammam se retire de la course à la présidence de la Fifa

Vidéo par Bilal TARABEY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2011

Mohamed Bin Hammam, candidat à la présidence de la Fifa, a annoncé son retrait de l'élection en raison des soupçons de corruption qui pèsent sur lui. Son seul rival, le président sortant Sepp Blatter, fait lui aussi l'objet d'accusations.

REUTERS - Le Qatari Mohamed bin Hammam a retiré samedi sa candidature à la présidence de la Fédération internationale de football (Fifa) en raison de soupçons de corruption à son encontre.
 
Concurrent du président sortant Sepp Blatter, Mohamed bin Hammam dément les accusations portées contre lui mais dit se retirer pour préserver la réputation de la Fifa.

"Les récents événements m'ont blessé et déçu, sur les plans professionnel et personnel", écrit-il dans un communiqué.
 
"Cela m'attriste que le fait de défendre les causes auxquelles je crois se paie d'un tribut aussi lourd - une atteinte à la réputation de la Fifa. Ce n'est pas ce que j'espérais pour la Fifa et c'est inacceptable", poursuit-il.
 
"C'est pour cette raison que j'annonce mon retrait de l'élection à la présidence.
 
"Je ne placerai pas mon ambition personnelle au-dessus de la dignité et de l'intégrité de la Fifa."
 
Ce retrait laisse théoriquement la voie libre à Sepp Blatter, qui concourt à un quatrième mandat à la tête de la Fifa lors de l'élection prévue mercredi. Cependant, la décision de Bin Hammam pourrait aussi accroître la pression sur le président sortant, lui-même visé par des soupçons.
 
Mohamed bin Hammam, 62 ans, ajoute qu'il se rendra bien dimanche à la convocation de la commission d'ethique de la Fifa "pour laver (son) nom des accusations sans fondement qui ont été portées à (son) encontre".

Blatter aussi entendu

Cette commission d'ethique doit aussi entendre Sepp Blatter dimanche, conformément à une demande de Bin Hammam.
 
Selon la Fifa, Sepp Blatter doit être entendu parce que le président en exercice pourrait avoir eu connaissance de versements d'argent en liquide à certains responsables de l'institution.
 
L'enquête contre Bin Hammam a été diligentée à la suite d'informations fournies par Chuck Blazer, membre du comité exécutif de la Fifa, sur des "violations possibles du code de l'éthique de la Fifa par des responsables" et des "allégations de corruption" en vue de l'élection du président.
 
La Fifa est plongée dans un autre scandale de corruption présumée depuis l'an dernier, lorsque deux membres du comité exécutif ont été interdits de toute activité liée au football après avoir été piégés par des journalistes leur proposant d'acheter leur voix avant la désignation des pays hôtes des Coupes du monde 2018 et 2022, attribuées finalement à la Russie et au Qatar.
 
Se fondant sur de nouvelles informations du Sunday Times, un député britannique, Damian Collins, a accusé ce mois-ci le Camerounais Issa Hayatou et l'Ivoirien Jacques Anouma, deux autres hauts dirigeants de la Fifa, d'avoir vendu leur vote au Qatar. Le Qatar a formellement démenti ces allégations, de même que les deux responsables incriminés.

Première publication : 29/05/2011

  • FOOTBALL

    Après Ben Hammam, Blatter est lui aussi rattrapé par les affaires

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Blatter et Bin Hammam, seuls candidats à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL - EURO 2012

    L'UEFA et la Fifa suspendent la Fédération de Bosnie-Herzégovine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)