Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

Les forces de police dispersent une manifestation à Rabat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2011

Rassemblés devant le Parlement, à Rabat, pour dénoncer l'utilisation de la force contre des manifestants dimanche dernier, des dizaines de jeunes ont été dispersés par la police samedi. Une manifestation pacifique est prévue ce dimanche à Casablanca.

AFP - La police marocaine a dispersé samedi à Rabat des dizaines de jeunes du Mouvement du 20 février pour les empêcher de dénoncer l'utilisation de la force dimanche dernier contre des manifestants dans plusieurs villes du royaume.
              
"Les forces de l'ordre sont venues en nombre impressionnant pour nous empêcher à coups de matraques de nous rassembler devant le parlement", a déclaré à l'AFP Najib Chaouki, l'un des membres de la section de Rabat du Mouvement.
              
Les autorités considèrent ces manifestations comme non autorisées.
              
Un important dispositif des forces de l'ordre avait été déployé une heure avant le début du rassemblement prévu à 18h00 (GMT). Il n'y a eu aucun blessé parmi les manifestants, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
Ces jeunes entendaient protester contre l'utilisation de la force dimanche dernier pour empêcher des manifestants de revendiquer des réformes constitutionnelles.
              
Selon Sabra Talbi, une militante du Mouvement, "les autorités sont déterminées à nous réprimer par la forces pour nous empêcher d'exprimer nos revendications démocratiques".
              
Une manifestation pacifique est prévue dimanche à Casablanca, a déclaré la section locale du Mouvement, pour protester contre la violence de la semaine dernière contre les jeunes.
              
Dans une déclaration au lendemain de ces manifestations dispersées par les forces de l'ordre, le ministre de la Communication a indiqué que le Mouvement du 20 février est "manipulé" par les islamistes et les gauchistes.
              
Une ONG a pour sa part demandé samedi une enquête pour déterminer les responsabilités dans ces violences contre le Mouvement.
              
"Nous appelons à l'ouverture d'une enquête impartiale pour déterminer les responsabilités concernant l'utilisation de la force contre une large partie des jeunes du 20 février", selon un communiqué de l'Organisation marocaine des droits de l'homme (OMDH, indépendante) parvenu samedi à l'AFP.
              
Le 9 mars, le roi Mohammed VI a annoncé d'importantes réformes constitutionnelles prévoyant notamment le principe de séparation des pouvoirs et un renforcement des pouvoirs du Premier ministre.
              
Ces annonces ont été jugées insuffisantes par le Mouvement.

Première publication : 29/05/2011

  • DIPLOMATIE

    Le Maroc et la Jordanie veulent rejoindre le Conseil de coopération du Golfe

    En savoir plus

  • MAROC

    Les manifestations du 1er-Mai marquées par des slogans contre le terrorisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)