Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Sports

Joseph Blatter blanchi et seul en lice, Mohammed Bin Hammam suspendu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/05/2011

Blanchi, Joseph Blatter est le seul candidat à sa succession pour l'élection présidentielle de la Fifa, après la suspension de son rival Mohammed Bin Hammam. L'instance maintient la date du scrutin au premier juin.

AFP - Mohammed Bin Hammam, qui s'était retiré de l'élection présidentielle de la Fifa, a été suspendu le temps de l'enquête de corruption liée au scrutin présidentiel du 1er juin, tandis que le président sortant Joseph Blatter a été blanchi, a indiqué dimanche l'instance du football mondial.

Cette suspension le temps de l'enquête concerne aussi Jack Warner, président de la Concacaf et vice-président de la Fifa, et deux personnalités moins en vue, deux responsables du foot caribéen, Debbie Minguell et Jason Sylvester.

A la question +pourquoi suspendre quatre personnes (Bin Hammam, Warner, Minguell et Sylvester) si le but du comité d'éthique n'était pas de déterminer la culpabilité ou l'innocence dans cette affaire?+, Petrus Damaseb, président du comité d'éthique, a déclaré à la presse: "Notre souci, c'est une possible interférence avec les investigations, ce qui justifie ces mesures. La procédure sera juste, ils auront l'occasion de défendre leurs dossiers".

Par ailleurs, le scrutin présidentiel de de la Fifa est maintenu comme prévu le 1er juin, en dépit d'une enquête en cours sur une affaire de corruption présumée, a précisé dimanche Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa.

"Pourquoi repousser l'élection ? Parce que la presse le demande ? Il n'y a pas de raison de faire cela. Le comité d'éthique est entré en action à temps. Je reconnais que le timing est le pire, mais ce qui arrive, arrive, c'est tout", a commenté M. Valcke.

Blatter, 75 ans, est donc seul candidat à sa succession mercredi pour un quatrième et dernier mandat.

L'affaire en cours a éclaté le 24 mai quand Chuck Blazer, membre du comité exécutif de la Fifa et secrétaire général de la Concacaf, a informé Jérôme Valcke de "possibles violations" du code éthique et "fraudes" liées au scrutin au cours d'une réunion de la Confédération des Caraïbes (CFU) qui aurait été conjointement organisée par Bin Hammam et Warner.

Selon des médias britanniques, Bin Hammam et Warner auraient offert pour 40.000 dollars (36.000 euros) de cadeaux à des Fédérations nationales en échange de leurs votes à l'élection présidentielle, lors d'une réunion à Trinidad les 10 et 11 mai. Bin Hammam est également accusé par la presse britannique d'avoir monnayé des voix pour que le Qatar obtienne la Coupe du monde en 2022.

A la demande de Bin Hammam, Blatter a été à son tour visé par une procédure du comité d'éthique et convoqué pour ce dimanche. Selon le président de la Confédération asiatique, Blatter aurait été informé "à l'avance" par Warner de versements présumés d'argent en liquide aux participants de la Confédération des Caraïbes. Ce que le comité d'éthique a donc nié ce dimanche au terme de ses auditions.

Dans la nuit de samedi à dimanche, avant son audition devant le comité d'éthique et avant de connaître sa suspension, Bin Hammam avait écrit sur son blog pour justifier le retrait de sa candidature: "Cela m'attriste que le combat pour les causes auxquelles je crois ait un tel coût: la dégradation de la réputation de la Fifa. Ce n'est pas ce que je souhaitais pour la Fifa et c'est inacceptable".

Première publication : 29/05/2011

  • FOOTBALL

    Le Qatari Bin Hammam se retire de la course à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Après Ben Hammam, Blatter est lui aussi rattrapé par les affaires

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Blatter et Bin Hammam, seuls candidats à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)