Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Quand les femmes décideront de ce que les hommes doivent faire de leurs organes reproductifs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Micmac au PS"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

Amériques

Le géant américain de l'armement Lockheed Martin visé par une cyber-attaque

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2011

Le système informatique du groupe de défense américain Lockheed Martin a fait l'objet d'une attaque le 21 mai, a-t-on appris samedi. Principal fournisseur du Pentagone, la compagnie a assuré que les conséquences de cet incident étaient "minimes".

REUTERS - La société d'armement et de technologie militaire Lockheed Martin, principal fournisseur du Pentagone, a déclaré samedi avoir repéré et déjoué "une attaque importante et persistante" contre son système informatique le 21 mai.
 
Le département américain de la Défense a assuré pour sa part que les conséquences de cet incident étaient "minimes" pour le Pentagone, sans préciser lesquelles.
 
"Aucune donnée concernant un client, un programme ou un employé n'a été compromise", a affirmé une porte-parole de Lockheed, Jennifer Whitlow, dans un courriel. "Nos systèmes restent sûrs."
 
Le personnel technique de la compagnie travaille sans relâche pour rétablir l'accès des employés aux "réseaux d'information" visés par cette cyber-attaque, ajoute-t-elle.
 
Lockheed a tenu les agences fédérales américaines informées de ses actions.
 
De source proche du dossier, on a déclaré vendredi à Reuters que des pirates informatiques avaient pénétré les systèmes de sécurité de Lockheed Martin ainsi que ceux d'autres groupes de défense.
 
Selon cette même source, les pirates ont réussi à s'introduire dans les réseaux de ces groupes en dupliquant des clés de sécurité électroniques fournies par RSA, la division spécialisée dans les systèmes de sécurité du groupe, et utilisées notamment par le Pentagone.     

Samedi, le département de la Sécurité intérieure a déclaré que, en collaboration avec le département de la Défense, il avait proposé son aide pour évaluer l'ampleur de "l'incident informatique affectant (Lockheed Martin)", l'un des principaux fabricants d'avions de chasse, de navires et de systèmes d'armement au monde.
 
L'administration américaine a aussi proposé son aide pour analyser "les données disponibles afin de fournir des recommandations pour diminuer les risques à l'avenir", a écrit Chris Ortman, un responsable de la Sécurité intérieure, dans un courriel adressé en réponse à une demande de Reuters.
 
Aucune piste n'a été évoquée quant à l'origine de cette attaque informatique. Et plusieurs spécialistes réputés en matière de cyber-sécurité se disent incapables d'avancer des explications.

"J'ai le sentiment que le département de Sécurité intérieure n'en sait pas beaucoup plus sur ce qui se passe", commente Anup Ghosh, ancien scientifique du Pentagone qui a travaillé sur la sécurité des réseaux militaires aujourd'hui à la tête d'une entreprise privée, Invincea.
 
A l'automne dernier, dans un articule publié par la revue trimestrielle Foreign Affaires, William Lynn, secrétaire adjoint à la Défense, écrivait que plus de 100 organismes étrangers du renseignement tentaient de pénétrer dans les réseaux informatiques américains.
 
Lockheed fabrique notamment les chasseurs F-16, F-22 et F-35. La société est également présente sur le marché des bâtiments de guerre et produit des systèmes d'armement de haute technologie.

Première publication : 29/05/2011

COMMENTAIRE(S)