Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Sports

Joseph Blatter, seul candidat au trône d’une Fifa décrédibilisée

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 30/05/2011

À deux jours de l’élection présidentielle de la Fifa, Joseph Blatter est désormais le seul candidat à sa propre succession. Mais en interne, des dissidents évincés dénoncent une direction corrompue, clanique et totalitaire.

Suivez en direct la conférence de presse de Joseph Blatter sur FRANCE 24 à 17h45 (heure de Paris)

Alors que se profile le scrutin présidentiel de la Fifa, prévu pour ce mercredi, pas un jour ne passe sans que l’instance ne soit éclaboussée par de nouvelles déclarations fracassantes.

À deux jours de l’échéance, l’actuel président Joseph Blatter, désormais seul candidat à sa propre succession, ne peut plus laisser le trône lui échapper et devrait être reconduit à la tête du football mondial pour les quatre années à venir. Une conclusion inéluctable qui n’est pas du goût de tout le monde à la Fifa.

Dimanche, c’est Jack Warner, vice-président de la Fifa et patron de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), qui est monté au créneau après sa suspension prononcée par la commission d’éthique de la Fifa.

Jack Warner, impliqué dans l’affaire de corruption qui a également poussé le Qatari Mohammed Bin Hammam à jeter l’éponge dans la course à la présidentielle, ne décolère pas et s’estime victime d’un complot. "Un tribunal de république bananière, c'est le terme qui convient", a-t-il déclaré en conférence de presse, dimanche.

La thèse d’une guerre des clans est également défendue par Mohammed Bin Hammam depuis l’officialisation de sa suspension de toute activité liée au football, dimanche. Sur son blog, l’ex-candidat à la présidence de la Fifa a estimé que son éviction était "malheureuse", mais s’est fendu d’une déclaration équivoque : "C'est comme ça ici… c'est la Fifa."

Théorie du complot

Pour Mohammed Bin Hammam et Jack Warner, la décision de les exclure est d’autant plus suspecte qu’elle émane d’un comité mis sur pied par l’équipe dirigeante sortante. "Ces types ont été sélectionnés par Blatter", a continué Jack Warner, ancien allié de 30 ans aujourd’hui en disgrâce.

Chuck Blazer, membre du comité exécutif et secrétaire général de la Concacaf, est le premier visé par ces accusations. Ce proche de Joseph Blatter est celui qui a recueilli les preuves présentées devant le comité d’éthique.

Pour Mohammed Bin Hammam, la divulgation de ces ‘preuves’ a été savamment orchestrée. Selon lui, le secrétaire de la Fifa, Jérôme Valcke, qui a été alerté par Chuck Blazer de ces affaires de corruption dès le 24 mai, aurait notamment ajouté des éléments à charge au dossier après que les deux accusés ont été entendus par le comité. Un courrier électronique d'un dirigeant de Porto Rico dans lequel celui-ci admet avoir reçu 40 000 $, somme qu’il affirme par ailleurs avoir retourné depuis, aurait été présenté par Jérôme Valcke lors d'une conférence de presse tenue après le vote du comité.

"J'avais l'impression que le comité d'éthique de la Fifa était absolument indépendant, mais dans [cette] conférence de presse, nous avons vu que le secrétaire général [Jérôme Valcke] a clairement montré qu'il était celui qui avait de l'influence sur le comité d'éthique", accuse le Qatari sur son blog.

En dépit des déclarations de Mohammed Bin Hammam et Jack Warner, le comité d’éthique a estimé qu’il avait suffisamment de preuves pour justifier les allégations selon lesquelles le vice-président de la Fifa aurait procédé aux versements de pots-de-vin pour appuyer la campagne de Mohammed Bin Hammam.

La voie est libre

En revanche, le comité a décidé de blanchir Joseph Blatter des accusations de complicité de corruption portant sur des versements d’argent liquide à de hauts responsables de la Fédération internationale.

Cette série de décision ouvre un véritable boulevard à Joseph Blatter. Un scrutin qui, malgré les récents troubles, sera très vraisemblablement maintenu, a expliqué Jérôme Valcke en conférence de presse : "Pas de problème avec ça. Qu'est-ce qu'il y a de mal avec le fait de maintenir cette élection le 1er juin ? Ce qui est important, c'est l'engagement des membres du comité exécutif pour soutenir une politique de changement à l'intérieur de la Fifa."

Une politique déjà engagée dans le dernier mandat de Joseph Blatter, selon le secrétaire général, qui assure que "la Fifa est plus forte et plus transparente qu'elle n'était".

Du côté des bannis, le son de cloche est tout autre. Sur son blog, Mohammed Bin Hammam déplore la "dégradation de la réputation de la Fifa" et estime que "l’image" de l’institution "en a beaucoup souffert".

Un blason que l’actuel patron de la Fifa aura tout le temps de redorer puisque désormais, les obstacles à sa troisième reconduction à la tête du football mondial sont tous levés.

Première publication : 30/05/2011

  • FOOTBALL - FIFA

    Joseph Blatter blanchi et seul en lice, Mohammed Bin Hammam suspendu

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Qatari Bin Hammam se retire de la course à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)