Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Sports

"Ce sera le mandat des grandes réformes ou celui de trop"

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 30/05/2011

Deux jours avant la réélection inéluctable de Joseph Blatter à la tête de la Fifa, Claude Droussent, ancien directeur des rédactions du journal L’Equipe, revient sur le mode de fonctionnement d’une institution gérée "à l’ancienne".

FRANCE 24 - Mohammed Bin Hammam et Jack Warner, qui ont été suspendus par le comité d'éthique, tentent de faire passer la Fifa pour une organisation théocratique menée à la baguette par Joseph Blatter. Est-ce un portrait crédible ?

Claude Droussent : Il est particulièrement intéressant de comparer le modèle de fonctionnement de la Fifa avec le modèle du Comité international olympique (CIO). Ces dernières années, le CIO, grâce à l’impulsion de Jacques Rogge est parvenu à mettre de nombreuses réformes en place pour aboutir à un fonctionnement beaucoup plus démocratique. La Fifa, clairement, n’a pas entamé ce processus.

C’est une organisation qui fonctionne encore "à l’ancienne", un peu comme à l’époque du prédécesseur de Blatter, Joao Avelange, ou à celle du CIO de Juan-Antonio Samaranch. La Fifa a du retard sur son temps. Pour Blatter, ce sera le mandat des grandes réformes, ou ce sera le mandat de trop. Pour le moment, il apparaît comme un dirigeant du passé dont les actions manquent de transparence.

F24 - On constate que les médias s’intéressent assez peu aux scandales qui touchent la Fédération internationale de football amateur (Fifa). Comment expliquer ce désintérêt, si on le compare par exemple à la folie médiatique qu’a déclenchée l’affaire des quotas à la Fédération française de football (FFF)?

C. D. : La Fifa, c’est quelque chose d’un peu lointain. De manière générale, les médias s’intéressent assez peu à tout ce qui touche à l’institutionnel, sauf dans des contextes très précis. Dans le cadre de l’affaire des quotas, on dépasse le domaine du football. C’est une polémique qui touche directement à des débats de société. C’est quelque chose qui touche à des fondamentaux culturels, historiques. Les scandales de la Fifa ne tournent pas autour des mêmes enjeux.

F24 - La Fifa peut-elle tout de même se relever après une année marquée par ces scandales de corruption ?

C. D. : Ils n’ont d’autre choix que celui d’entamer des réformes comme celles menées au CIO. Sinon, les scandales de ce type continueront toujours d’éclater. Mais Blatter est quelqu’un d’intelligent, et il saura vraisemblablement enclencher un processus de réformes qu’il n’aura pas à mener.

Son successeur, probablement Platini, mènera ce chantier à son terme. Des projets sont d’ailleurs déjà dans les tuyaux. Des débats se sont tenus, notamment sur d’éventuelles réformes des modes de désignation des pays hôtes des grandes compétitions.

Première publication : 30/05/2011

  • FOOTBALL - FIFA

    Joseph Blatter blanchi et seul en lice, Mohammed Bin Hammam suspendu

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Qatari Bin Hammam se retire de la course à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Après Ben Hammam, Blatter est lui aussi rattrapé par les affaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)