Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

L'Otan présente ses excuses pour la mort de "neuf civils"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/05/2011

Un général de la coalition a présenté ses "sincères excuses pour les neuf civils tués" lors d'une frappe menée samedi dans la province du Helmand. Le président afghan, Hamid Karzaï, évoque, lui, le "meurtre" de 14 habitants.

AFP - La Force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) a présenté lundi ses excuses pour la mort de "neuf civils" dans une frappe récente dans le sud, le président Hamid Karzaï évoquant, lui, le "meurtre" de 14 habitants.
              
"Au nom de la coalition, du commandant de l'Isaf le général (David) Petraeus (...), je veux présenter mes sincères excuses pour les neuf civils tués durant l'incident du district de Nowzad, dans la province du Helmand", survenu samedi, indique le général américain John Toolan, commandant de la Région Sud-Ouest dans un communiqué.
              
"La coalition prend très au sérieux tout décès ou blessure de civils. Eviter les pertes civiles est notre principale priorité", assure le général Toolan.
              
Selon lui, les hélicoptères de l'Otan, appelés en renfort, ont ouvert le feu sur un complexe dans lequel cinq insurgés avaient pris position après avoir attaqué une patrouille de l'Isaf et d'où ils continuaient à tirer.
              
"Malheureusement, nous avons découvert plus tard que le complexe, occupé à dessein par les insurgés, hébergeait des civils innocents", a poursuivi le général Toolan.
              
Selon les autorités provinciales, 14 civils, dont 10 enfants et deux femmes, ont été tués par des roquettes tirées sur deux maisons par des hélicoptères de l'Otan intervenus pour aider une position de l'Otan attaquée par des insurgés.
              
Dimanche, dans un communiqué inhabituellement virulent, Hamid Karzaï avait évoqué une "grave erreur" et un "meurtre", et lancé "un dernier avertissement aux troupes et responsables américains", sommés de cesser leurs opérations "unilatérales".
              
Quelque 130.000 soldats de l'Isaf, aux deux-tiers américains, sont déployés en Afghanistan, où ils soutiennent le gouvernement afghan face à la rébellion menée par les talibans depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir fin 2001.
              
La Région Sud-Ouest, à laquelle est rattachée le Helmand, bastion taliban et province la plus meurtrière pour la coalition depuis le début du conflit, est sous commandement militaire américain.
              
La Maison-Blanche avait indiqué dimanche que les Etats-Unis prenaient "très au sérieux" et partageaient les "préoccupations" du président afghan.
              
Les pertes civiles sont un sujet sensible en Afghanistan, où dix ans de présence militaire étrangère alimentent le ressentiment anti-occidental.
              
M. Karzaï, qui entretient des relations de plus en plus tendues avec ses alliés occidentaux, reproche régulièrement à l'Otan de faire des victimes civiles dans ses opérations et de les mener sans concertation avec l'armée afghane.
             
 

Première publication : 30/05/2011

  • AFGHANISTAN

    Hamid Karzaï lance un "dernier avertissement" à Washington après la mort de 14 civils

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Une attaque des Taliban provoque la mort de 36 personnes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un commandant de l'Otan réchappe à un attentat-suicide dans le nord du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)