Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

SPORT

Le Who's Who de la crise de la Fifa

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 31/05/2011

Alors que les passes d’armes se succèdent à la tête de la Fifa à la veille du scrutin qui doit désigner le nouveau président de l'organisation, FRANCE 24 dévoile le profil des quatre personnalités qui sont au cœur de la polémique.

Joseph ‘Sepp’ Blatter

À la tête de la Fifa depuis 1998, le Suisse est un président “à l’ancienne”. Bien qu’il ait souvent gravité autour d’affaires de présumée corruption ces dernières années, jamais son intégrité n’a été officiellement remise en cause.

L’accusation de Jack Warner, président de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), selon qui il aurait fait un don d’un million de dollars à la Confédération américaine, constitue donc un séisme dans la carrière de ce dirigeant, qui bénéficie néanmoins du soutien de membres influents de la Fifa.

Blanchi par le comité d’éthique de l’instance dirigeante du football mondial, Blatter pourrait toutefois être le grand gagnant de cette polémique. Mercredi, il devrait être reconduit à la tête de la Fifa pour un quatrième et dernier mandat, d’autant plus que son principal concurrent, le Qatari Mohamed Bin Hammam, a jeté l’éponge dans la nuit de samedi à dimanche et est actuellement suspendu de toute activité relative au football.

Mohamed Bin Hammam


Si Sepp Blatter apparaît comme l’inéluctable vainqueur du scrutin de mercredi, l’homme d’affaires qatari Mohamed Bin Hammam pourrait avoir perdu beaucoup plus qu’une simple course à la présidence de la Fifa. L’actuel président de la Confédération asiatique de football (AFC), qui a retiré sa candidature dans la nuit de samedi à dimanche, est rattrapé par les affaires.

Suspendu de ses fonctions depuis dimanche, il fait face à une enquête interne portant sur des versements de sommes d’argent en liquide à des membres de l’Union caribéenne de football (CFU) dans le cadre d’une vaste fraude électorale visant à obtenir des appuis pour sa candidature.

Par ailleurs, Bin Hammam a récemment été soupçonné par la presse anglaise d'être intervenu dans le cadre d’une opération de corruption ayant abouti à la désignation du Qatar comme pays hôte de la Coupe du monde 2022.

Des allégations également proférées par le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, dans un courrier électronique transmis à Jack Warner, président de la Concacaf.

Jack Warner

Avec Mohamed Bin Hammam, il est l’autre grand perdant de la crise de gouvernance de la Fifa. Le président de la Concacaf, également vice-président de la Fifa, a été lui aussi suspendu par le comité d’éthique, dimanche, dans l’affaire de corruption de membres caribéens de la campagne de Bin Hammam.

Depuis sa suspension, Jack Warner, qui avait promis un "tsunami", a tenu parole. Il multiplie les révélations et accuse le président Blatter d’avoir fait un "don" d’un million de dollars à la Concacaf.

Warner, qui était un allié de 30 ans de Blatter avant que le scandale n’éclate, est également un politicien chevronné dans son pays d’origine, Trinidad-et-Tobago. Au début du mois de mai, l’ex-leader de la candidature anglaise à l’organisation du Mondial-2018, David Triesman, a déclaré devant une commission parlementaire britannique que Warner lui avait demandé 2,5 millions de livres pour construire des écoles à Trinidad.

Jérôme Valcke

Le secrétaire général de la Fifa est perçu comme l’homme de confiance de Joseph Blatter. Il est aujourd’hui au cœur du scandale après les révélations de Jack Warner, qui a rendu public un courrier électronique dans lequel Valcke déclare implicitement que le Qatar aurait "acheté" le droit d’accueillir la Coupe du monde 2022.

L’ancien journaliste du groupe Canal + entretient une relation tourmentée avec la Fifa. En 2006, alors qu’il en était le directeur marketing, il avait été évincé de l’organisation après une affaire de contrat de sponsoring litigieux impliquant Visa et MasterCard. La Fifa avait écopé d’une amende de 60 millions de dollars.

Son retour en grâce dans le giron de Blatter, six après son licenciement, avait surpris le monde du football.

 

Première publication : 31/05/2011

  • FIFA

    Vers un 4e mandat pour Blatter malgré les scandales et la guerre des clans

    En savoir plus

  • FOOTBALL - FIFA

    "Ce sera le mandat des grandes réformes ou celui de trop"

    En savoir plus

  • FIFA

    Jérôme Valcke se défend d'avoir accusé le Qatar de corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)