Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Economie

L'agriculture touchée de plein fouet par la crise du concombre

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/06/2011

L’Allemagne a reconnu que le concombre espagnol n’était pas à l’origine des intoxications qui ont tué des dizaines de personnes en Europe ces derniers jours. Mais, pour la filière fruits et légumes espagnole, le mal est fait...

Plombé par le taux de chômage le plus élevé d’Europe (21 %) et une croissance en piteux état, l’Espagne n’avait pas besoin de ça. L’interdiction, dans plusieurs États européens, d’importer des fruits et légumes espagnols - ou simplement des concombres - à la suite des décès et des intoxications alimentaires attribués à la présence d’une souche de la bactérie e.coli est un coup dur pour le pays, dont la filière fruits et légumes représente quelque 2 % du PIB.

La situation y est d'autant plus mal vécue qu'elle est ressentie comme une injustice par les agriculteurs espagnols depuis que des doutes ont été exprimés, ce mercredi, sur l’origine de l’intoxication. L’Allemagne - premier pays à avoir signalé des cas de décès - a ainsi indiqué que les concombres produits en Espagne n’étaient finalement pas en cause. Un rebondissement qui pousse Madrid à envisager de demander à Berlin une indemnisation pour les préjudices causés à ses agriculteurs.

Car le mal est fait. "Maintenant, il y a des supermarchés allemands qui ont mis un panneau ‘Ici on ne vend pas de produits espagnols’", se désole Jorge Brotons, le président de Fepex, le principal syndicat de maraîchers espagnols. Celui-ci évalue à 200 millions d’euros par semaine le manque à gagner engendré par la crise, à cause des "centaines de tonnes de produits que nous jetons".

Pas que les tomates

En Espagne, la filière fruits et légumes était, jusqu’à présent, l’une des rares à avoir été relativement épargnée par la récession. Les exportations maraîchères ont rapporté plus de 9 milliards d’euros l’an passé, soit une progression de 3 % par rapport à 2009, selon le rapport annuel du ministère espagnol de l’Agriculture publié en mars dernier. Et, à lui seul, le secteur représente près de 300 000 emplois dans le pays. L'économie de certaines régions en dépend même très largement : en Murcie ou dans la province d'Alméria par exemple, plus de 60 % de la production de fruits et légumes est destinée à l’exportation, contre 33 % au niveau national. "Ce sont des régions où ce secteur façonne également la vie sociale", peut-on lire sur le site de la Fepex.

Si l’Espagne est principalement connue en Europe pour ses tomates - elle en a produit plus de 4 millions de tonnes en 2010 -, le concombre fait aussi le beurre de ses agriculteurs : le pays en est le premier producteur et exportateur européen. Avec près de 600 000 tonnes produites en 2010, il s'agit du 8e légume le plus cultivé d'Espagne.

Jusqu’à présent, les producteurs espagnols pouvaient remercier les consommateurs allemands. L’Allemagne a en effet importé 754 153 tonnes de fruits et légumes produits en Espagne en 2010, soit 23 % de toutes les exportations espagnoles. Reste à savoir si la mise hors de cause du concombre dans cette affaire va mener à une réouverture des frontières aux maraîchers espagnols.

Première publication : 01/06/2011

  • ESPAGNE

    Madrid veut une solution européenne à la chute de ses ventes de primeurs

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Cinq questions sur la bactérie E. coli, responsable de l'épidémie d'intoxications alimentaires

    En savoir plus

  • EUROPE - SANTÉ

    Alerte au concombre tueur en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)