Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

L'Otan décide de prolonger jusqu'en septembre les opérations contre Kadhafi

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/06/2011

Le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, a annoncé que l'organisation allait proroger de trois mois sa mission en Libye. Le départ du dirigeant libyen n'est qu'une question de temps, a-t-il déclaré.

AFP - L'Otan a décidé mercredi de prolonger jusqu'à fin septembre ses opérations en Libye après avoir intensifié ses raids sur Tripoli, bastion du leader Mouammar Kadhafi qui refuse toujours de quitter le pouvoir malgré les pressions militaires et politiques de toutes parts.

"L'Otan et ses partenaires viennent de décider de prolonger notre mission en Libye pour 90 jours supplémentaires", a annoncé le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, alors que le conflit semble s'enliser près de quatre mois après la début de la révolte.

Extrait de la déclaration de Rasmussen

"Cette décision envoie un message clair au régime de Kadhafi: nous sommes déterminés à poursuivre nos opérations pour protéger le peuple libyen" et afin de "remplir le mandat des Nations unies", a-t-il ajouté dans un communiqué à Bruxelles.

"Notre décision envoie également un message clair au peuple libyen: l'Otan, nos partenaires, la communauté internationale dans son ensemble sont à vos côtés", a-t-il ajouté. "Nous sommes unis pour vous assurer que vous pourrez bâtir votre propre avenir. Et ce jour se rapproche".

L'Otan a pris le 31 mars les rênes de l'opération militaire en Libye, lancée le 19 mars après plus d'un mois de révolte réprimée dans le sang par le régime du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis près de 42 ans.

Mardi soir, l'Otan a procédé à de nouveaux bombardements sur Tripoli, cible de raids intensifs depuis près une dizaine de jours. Six explosions ont secoué la ville mais le journaliste de l'AFP n'était pas en mesure de déterminer les sites visés.

Selon le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, 718 civils ont été tués et 4.067 blessés par les raids de l'Otan et de la coalition internationale entre le 19 mars et le 26 mai.

Mais le lieutenant-colonel Mike Bracken, porte-parole de l'Otan, a affirmé que l'Alliance atlantique, dont l'intervention militaire se limite aux opérations aériennes, "continuerait à faire pression" sur le régime, car les pro-Kadhafi continuent, selon lui, à attaquer des civils.

Il a cité l'exemple de la ville de Dfania (ouest), située à quelques kilomètres de l'enclave rebelle de Misrata, qui a été "bombardée à l'aveuglette" et de celle de Yefren (sud-ouest), où d'"intenses bombardements rendent la vie extrêmement difficile et dangereuse".

Dans leurs efforts destinés à aider la rébellion, le quotidien The Guardian, citant des sources militaires britanniques, affirme que des vétérans des forces spéciales britanniques, employés par des sociétés de sécurité privées, sont présents à Misrata où ils conseillent les insurgés au sol.

Ces ex-militaires font aussi parvenir au commandement des opérations de l'Otan à Naples des informations sur la localisation et les mouvements des pro-Kadhafi, écrit-il. Ils se trouvent en Libye avec la bénédiction de Londres, Paris et d'autres pays membres de l'Alliance atlantique et les forces de la coalition leur ont fourni des équipements non offensifs.

Le ministère de la Défense, démentant qu'ils soient payés par le gouvernement, a insisté sur le fait qu'il n'a pas de troupes combattantes au sol. Les conseillers pourraient être rémunérés par des pays arabes et notamment le Qatar, affirme The Guardian.

Malgré l'intervention militaire internationale et les pressions et sanctions internationales, le régime, dont les forces continuent le combat, écarte tout départ du leader libyen alors que la rébellion refuse tout règlement impliquant le maintien au pouvoir de M. Kadhafi.

Le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a encore mardi affirmé que le régime de Kadhafi était "fini" et que le leader devait "quitter le pouvoir" et le pays, après une mission de bons offices du président sud-africain Jacob Zuma qui n'a pas abouti.

Mais le porte-parole libyen a rétorqué qu'"un départ de Kadhafi (serait) le pire scénario pour la Libye. "Si Kadhafi disparaît, la soupape de sécurité disparaîtra", a-t-il ajouté, mettant en garde contre une "guerre civile".

Inspirée des révoltes tunisienne et égyptienne, l'insurrection a éclaté le 15 février en Libye pour réclamer le départ du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 1969. Ce dernier a répliqué par une répression féroce.

Le conflit a fait des milliers de morts selon le procureur de la Cour pénale internationale et poussé à la fuite 893.000 personnes selon l'ONU.

Première publication : 01/06/2011

  • LIBYE

    Le médiateur Jacob Zuma accuse l'Otan de saper les efforts de paix

    En savoir plus

  • LIBYE

    Huit officiers libyens rallient le camp des insurgés

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan poursuit ses raids aériens sur Tripoli

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)