Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Moyen-orient

L'opposition se réunit en Turquie pour préparer une transition démocratique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/06/2011

Réunies à Antalya pour trois jours de débats destinés à mettre au point une "feuille de route" pour une transition démocratique en Syrie, les diverses composantes de l'opposition syrienne ont à nouveau appellé au départ du président Bachar al-Assad.

AFP - L'opposition syrienne s'est réunie mercredi à Antalya, en Turquie, pour soutenir la contestation en Syrie et réclamer le départ du président Bachar al-Assad en dépit de l'amnistie générale qu'il a décrétée la veille, jugée "insuffisante et tardive".

Plus de 300 opposants, toutes factions et ethnies confondues et en majorité exilés, auront trois jours de débats dans un hôtel de cette ville balnéaire sur la Méditerranée.

Bras de fer entre Facebook et Damas

L'objectif de la réunion, selon les organisateurs, est de mettre au point "une feuille de route" pour une transition démocratique et pacifique en Syrie.

Une minute de silence a été observée pour les "martyrs" tués pendant les répressions en Syrie à l'ouverture de la "conférence pour un changement en Syrie".

Le congrès a été précédé mardi par la proclamation par le président syrien Bachar al-Assad d'une amnistie générale s'étendant aux membres des Frères musulmans et aux détenus politiques.

Depuis le déclenchement à la mi-mars des manifestations de contestation du régime, au moins 1.062 personnes ont été tuées par les forces de sécurité syriennes, souligne l'opposition.

Le chef de la délégation des Frères musulmans assistant à cette réunion, Melhem al-Douroubi, a assuré mercredi à l'AFP que "le peuple syrien réclamait la chute du régime".

"Cette annonce est insuffisante et tardive (...) C'est Assad lui-même qui doit bénéficier d'une amnistie car il a tué son peuple. Il doit partir", a-t-il dit.

Plusieurs orateurs ont condamné "les massacres" visant la population civile et réclamé le départ du président syrien.

Parmi eux figurait Dia al-Dine Dugmush, un étudiant de 25 ans, arrivé de Damas : "Je veux la démocratie, ceux qui ont commis ces crimes atroces doivent être jugés", a déclaré ce militant à l'AFP.

"Le régime (syrien) n'a plus de raisons d'être", a estimé ce jeune homme qui a été emprisonné à deux reprises pour avoir participé à la révolte syrienne.

Les participants devaient mettre en place des comités de soutien, notamment pour venir en aide à des concitoyens ayant dû quitter la Syrie à cause des répressions. Un comité de suivi sera aussi créé afin de coordonner l'interaction entre les opposants à l'intérieur et à l'extérier de la Syrie, ont indiqué des opposants.

Un militant présent au congrès a dit avoir peu d'espoir de voir les débats déboucher sur des décisions concrètes, mais affirmé que c'était "un début".

"Je crois au peuple de Syrie qui aura finalement ce qu'il demande : la démocratie", a déclaré Hossan Sibei, un ingénieur en électricité qui vit depuis 10 ans en Arabie Saoudite après avoir fui les services secrets syriens, le moukhabarat.

L'amnistie générale annoncée par Damas n'a pas non plus convaincu les Occidentaux.

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a réclamé mercredi des autorités syriennes "un changement de cap beaucoup plus clair, plus ambitieux, plus audacieux". "Je crains qu'il ne soit trop tard", a-t-il jugé.

Le président syrien n'a pas engagé de réformes sérieuses et la position de son gouvernement est "moins tenable" de jour en jour, a pour sa part déclaré la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Les opposants réclament la libération des détenus politiques, de nouvelles élections, la fin de la suprématie du parti Baas, et la chute du régime dominé par la minorité alaouite, une branche de l'islam chiite.

Une première réunion de dissidents syriens, plus restreinte, avait eu lieu fin avril à Istanbul et les participants avaient alors appelé à l'organisation d'élections et à l'arrêt des répressions en Syrie.

Première publication : 01/06/2011

  • SYRIE

    L'amnistie générale décrétée par al-Assad ne fait pas l'unanimité

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le président Bachar al-Assad décrète l'amnistie générale

    En savoir plus

  • SYRIE

    Hamza al-Khatib, un enfant battu à mort, devient l'emblème de la révolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)