Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Une attaque de Taliban à la frontière afghane fait des dizaines de morts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/06/2011

Des centaines de Taliban pakistanais et afghans ont attaqué mercredi matin un poste de contrôle de la police à Shaltalu, près de la frontière afghane dans le nord-ouest du Pakistan, tuant au moins 23 policiers et cinq civils.

AFP - Au moins 23 policiers et cinq civils ont été tués depuis mercredi dans l'attaque, par des centaines de talibans pakistanais et afghans, d'un poste de contrôle près de la frontière afghane dans le nord-ouest du Pakistan, a annoncé jeudi la police.
              
"Au moins 500 assaillants, des talibans pakistanais et afghans, lourdement armés", ont attaqué et assiégé mercredi matin un poste de contrôle de la police à Shaltalu, dans le district de Dir, non loin des zones tribales, bastion des talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda, a déclaré à l'AFP par téléphone Qazi Jamil ur-Rehman, un officier de la police locale.
              
Le poste se trouve à six km de la frontière avec le province afghane de la Kunar, où les talibans afghans sont très actifs.
              
"Pour l'heure, nous avons trouvé les cadavres de 23 policiers", a-t-il poursuivi, ajoutant que cinq civils, dont deux femmes, ont également péri dans leurs maisons touchées par des obus de mortiers des talibans à proximité du poste de contrôle de la police.
              
L'armée a dépêché depuis mercredi des hélicoptères de combat qui ont réussi à repousser les talibans dans les zones montagneuses alentours, mais des combats sporadiques se poursuivaient jeudi, plus de 24 heures après le début de l'attaque, selon des sources policières.
              
"Nous avons repris le contrôle de la plus grande partie de la zone mais des échanges de tirs perdurent près du poste de police",  a indiqué Qazi Jamil ur-Rehman, qui ne disposait pas encore, jeudi matin, d'un bilan des pertes dans les rangs des assaillants.
              
Les zones tribales du nord-ouest du Pakistan sont le bastion des talibans pakistanais responsables d'une vague extrêmement meurtrière d'attentats dans tout le pays, mais aussi le principal sanctuaire dans le monde d'Al-Qaïda et la base arrière des talibans afghans qui combattent, de l'autre côté de la frontière, les quelque 130.000 soldats de la force internationale de l'Otan, composée essentiellement de troupes américaines.
              
Les talibans pakistanais ont fait allégeance à Al-Qaïda et certains groupes sont alliés aux talibans afghans, notamment le réseau Haqqani, bête noire des soldats américains. Plus de 4.400 Pakistanais ont été tués dans des attentats --suicide essentiellement-- depuis l'été 2007 quand, à l'unisson de Ben Laden en personne, les talibans pakistanais ont décrété le jihad à Islamabad pour son soutien à la "guerre contre le terrorisme" de Washington.
              
Depuis fin 2001, l'artmée pakistanaise a perdu des milliers d'hommes dans les combats contre les talibans pakistanais et afghans et les combattants étrangers d'Al-Qaïda dans les zones tribales. Mais Washington, son principal bailleur de fonds, presse constamment Islamabad d'en faire davantage.
              
Depuis qu'un commando américain a tué le 2 mai Oussama ben Laden dans une ville-garnison du nord du Pakistan, les Etats-Unis accentuent la pression sur le gouvernement et l'omnipotente armée pour qu'elle lance une offensive dans le district tribal du Waziristan du Nord, le principal bastion des talibans, d'Al-Qaïda et du réseau Haqqani.
              
Les médias pakistanais bruissent de rumeurs d'une très prochaine offensive, décidée selon eux sous la pression de Washington, mais l'armée et le gouvernement affirment, dans un contexte de tensions des relations avec les Etats-Unis, qu'elle aura lieu si elle est "dans l'intérêt national" et quand ils le décideront.
              
Les talibans pakistanais, de leur côté, ont juré de venger Ben Laden.
              

 

Première publication : 02/06/2011

  • PAKISTAN

    Un attentat revendiqué par les Taliban provoque la mort de dizaines de personnes

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    À la demande d'Islamabad, Washington réduit sa présence militaire

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Les Taliban revendiquent l'attaque d'une base militaire à Karachi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)