Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Economie

Google s’en prend à nouveau à des pirates informatiques chinois

©

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/06/2011

La firme de Mountain View affirme que des cybercriminels chinois ont réussi à pirater des centaines de comptes Gmail, dont ceux de membres de l’administration Obama. Une accusation "fabriquée de toute pièce", selon Pékin.

Google accuse de nouveau des Chinois d’être à l’origine d’une cyberattaque contre Gmail, son service de messagerie électronique. Le géant américain de l’Internet a expliqué, mercredi, dans un billet sur son blog officiel, que l’attaque "semble avoir été initiée depuis Jinan [capitale de la province du Shandong, dans l’est de la Chine, NDLR]".

Des centaines de comptes Gmail ont ainsi été piratés par des cybercriminels qui semblent avoir choisi leur cible avec soin. Google reconnaît, en effet, que l’opération visait principalement des membres de l’administration Obama, des militaires américains, des activistes chinois ou encore des personnalités sud-coréennes de premier plan. Autant de personnes dont les courriers électroniques peuvent contenir des informations politiquement sensibles...

Tout ce beau monde a été prévenu par la société californienne qui assure avoir mis un terme aux intrusions. "Les autorités compétentes ont également été informées", précise Google, sous-entendant qu’une enquête des services de renseignements est en cours.

Mail "appât"

L’attaque elle-même n’a rien de très sophistiqué. Les victimes ont reçu un mail qui leur proposait de cliquer sur un lien permettant aux pirates de récupérer leurs identifiants et mots de passe. Munis de ce précieux sésame, ceux-ci redirigeaient alors les messages reçus sur ces comptes vers d’autres adresses où ils pouvaient les consulter en toute tranquillité.

Chaque mail "appât" était personnalisé selon la cible visée et provenait d’un expéditeur connu - collègue ou ami - de la victime.

L'opération a été lancée en février dernier, selon le site américain Contagio, spécialiste de la sécurité informatique, qui a pu récupérer certains de ces mails infectés.

Le site américain spécialisé dans la sécurité Contagio publie plusieurs mails comme celui-ci. Ils ont servi à récupérer les identifiants et mots de passe des victimes d'une cyberattaque contre Gmail.

Le précédent de 2010

La mise en cause par Google de pirates informatiques chinois rappelle le précédent de janvier 2010. Le géant de l’Internet avait alors accusé la Chine de tenter de surveiller ses dissidents en farfouillant dans leur compte Gmail. Dans la foulée, le groupe avait arrêté de censurer les résultats, dans son moteur de recherche, contrevenant aux règles édictées par les autorités chinoises. Cette bataille entre Pékin et Google avait même dégénéré en une mini-crise diplomatique avec Washington qui avait pris fait et cause pour la firme californienne.

Le scénario peut-il se répéter cette fois-ci ? Comme en 2010, le régime chinois refuse d’endosser toute responsabilité dans cette nouvelle affaire de cyberattaque dont il remet en cause la réalité. "Le supposé communiqué affirmant que le gouvernement chinois soutient les attaques informatiques est fabriqué de toutes pièces", a déclaré jeudi Hong Lei, le porte-parole du ministre chinois des Affaires étrangères. Washington, de son côté, n’a pas encore réagi.

Première publication : 02/06/2011

  • INTERNET

    Nouvelle scène de ménage entre Google et Pékin

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google veut se libérer de la censure et des hackers chinois

    En savoir plus

  • INTERNET

    Victime d'une cyber-attaque, Google menace de se retirer de Chine

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)