Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Ahmadinejad renonce au ministère du Pétrole

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/06/2011

Au terme d'une intense bataille politique l'opposant aux ultra-conservateurs, le président iranien a abandonné le ministère du Pétrole, à la tête duquel il voulait assurer l'intérim. L'un de ses proches, Mohammad Aliabadi, hérite du maroquin.

AFP - Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a nommé jeudi Mohammad Aliabadi ministre du Pétrole par intérim, un poste qui a fait l'objet d'une intense bataille politique, a annoncé le site internet de la présidence.

Le 15 mai, M. Ahmadinejad avait annoncé qu'il allait prendre provisoirement le portefeuille du pétrole, après avoir démis son titulaire dans le cadre d'une restructuration du gouvernement qui prévoyait de fusionner ce ministère avec celui de l'Energie.

Mais mercredi, le Parlement iranien a saisi mercredi l'autorité judiciaire de cette décision jugée contraire à la Constitution, selon la télévision d'Etat.

Les opposants de M. Ahmadinejad au sein du courant conservateur religieux, qui domine le Parlement, avaient contesté la légalité de sa décision, et le Conseil des gardiens de la Constitution leur avait donné raison.

Depuis, les pressions pour obliger le président à nommer un ministre par intérim se sont multipliées, alimentant un conflit interne qui oppose depuis des semaines M. Ahmadinejad à la ligne dure de son propre camp.

Au delà de l'aspect constitutionnel de cette dispute, les opposants conservateurs ont critiqué la volonté du président d'occuper un portefeuille stratégique dans un pays qui tire 80% de ses ressources en devises du pétrole.

La présidence n'a pas caché son intention de présenter ses propres candidats contre la majorité conservatrice actuelle lors des élections législatives de mars 2012, et ses opposants la soupçonnent de chercher à s'assurer les moyens politiques et financiers de contrôler le scrutin.

Le nouveau ministre par intérim, Mohammad Aliabadi, est un proche allié de M. Ahmadinejad, qui travaille avec lui depuis sa nomination comme maire de Téhéran en 2003.

Actuellement président du Comité olympique iranien, M. Aliabadi, qui a fait des études d'ingénieur et d'architecture, a été vice-président pendant le premier mandat de M. Ahmadinejad (2005-2009), en charge de l'organisation de l'éducation physique.

En 2009, après sa réélection contestée, M. Ahmadinejad l'avait nommé ministre de l'Energie, mais cette nomination avait été rejetée par le Parlement.

Première publication : 02/06/2011

  • IRAN

    La fratrie Larijani, ou l'irrésistible ascension des Kennedy iraniens

    En savoir plus

  • IRAN

    La présidence et le Parlement s’écharpent pour prendre le contrôle du pétrole

    En savoir plus

  • IRAN

    Ahmadinejad affaibli par une lutte de pouvoir au sein du camp conservateur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)